Afrique - Esclavage en Libye: Emmanuel Macron demande la réaction de l’ONU face à ces «crimes contre l’humanité»

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Nov-2017 - 23h57   6187                      
20
Emmanuel Macron Getty Images
Le Président français s’est indigné mercredi de la situation des migrants en Libye.

Les réactions continuent de pleuvoir après la diffusion par la chaîne américaine CNN, d’un reportage sur le calvaire des migrants africains en Libye. Après les acteurs du show-biz et du sport (Claudy Siar, Alpha Blondy, Samuel Eto’o, Didier Drogba) et les hommes politiques à l’instar du guinéen Alpha Condé, président en exercice de l’Union Africaine, c’est autour d’Emmanuel Macron.

Le Président français, au sortir d’une audience avec Alpha Condé ce mercredi 22 novembre 2017 à l’Elysée, s’est indigné de l’esclavage infligé aux migrants en Libye. Il a qualifié ces actes de crimes contre l’humanité. « Ce qui a été révélé relève bien de la traite des êtres humains. C'est un crime contre l'Humanité », a dénoncé le numéro 1 français avant d’ajouter, que ce trafic « nourrit les délinquances les plus graves et les réseaux terroristes ». Il a également indiqué que le trafic « génère 30 milliards d’euros par an » et « touche malheureusement 2,5 millions de personnes » et que « moins de 80% des victimes sont des femmes et des enfants ».  

Agir en urgence

Macron a appelé à tenue dans les prochains jours, d’une réunion du conseil de sécurité des Nations Unies. «Nous souhaitons que le conseil de sécurité s’entoure des avis publics de l’organisation internationale des migrations et du HCR pour que ces deux organismes rendent public l’état réel des situations en Libye dont fait partie la traite des migrants », a-t-il déclaré.

Le Président français a envoyé des messages de menaces en des termes à peine voilés aux autorités libyennes : « Les autorités libyennes, plusieurs fois alertées [...] ont décidé la mise en œuvre d’une enquête sur les faits. Nous souhaitons que ça aille vite. Et nous disons que si la justice libyenne n'est pas en mesure de mener à bien les procédures, nous devrons engager une procédure internationale de sanctions », a prevenu Emmanuel Macron.

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique