Afrique - RDC: Plusieurs morts (au moins huit) à des manifestations de catholiques contre le président Kabila

Par Jean-M NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Jan-2018 - 14h35   3015                      
1
Heurts entre manifestants et forces de l'ordre, le 19 septembre 2016 à Goma, en RDC AFP/Archives/Mustafa MULOPWE
La police a réprimé violemment les manifestants qui demandaient le départ de Joseph Kabila.

Le départ de Joseph Kabila du pouvoir. C’est la principale revendication des manifestants. A l’appel du Comité laïc de coordination de l'Église catholique, plusieurs chrétiens sont descendus dans les rues à travers de certaines villes de la République Démocratique du Congo (RDC) dans la journée du 31 décembre 2017. Ils demandaient le respect de l’Accord dit de la Saint-Sylvestre.

Signé en décembre 2016 sous l’égide des évêques, cet accord prévoyait le départ du pouvoir de Joseph Kabila (dont le mandat est achevé depuis 2016) et l’organisation de nouvelles élections au plus tard au 31 décembre 2017. Contre toute attente en novembre dernier, la CENI, la commission électorale, a décidé de revoir le calendrier électoral. L’organe en charge des élections a fixé au 23 décembre 2018, la tenue du triple scrutin présidentiel, législatif et provincial.

Un changement désapprouvé par une large majorité de classe politique congolaise, la société civile et la communauté internationale. C’est donc pour s’opposer à cette situation et exiger le départ immédiat et sans condition de l’actuel Chef de l’Etat, que des chrétiens catholiques ont manifesté dimanche. Des manifestations réprimées dans la violence par la police.

Les médias font état de plusieurs morts et des arrestations. Selon Jeune Afrique, au moins 8 personnes ont été tuées et une centaine interpellées par la police à Kinshasa et un à Kananga.  « La police congolaise a fait état de trois civils tués à Kinshasa, tandis que le gouvernement de la RDC annonçait un policier tué dans la capitale, selon un communiqué lu à la télévision d’État », rapporte Jeune Afrique. Internet a été pendant un moment, coupé avant d’être rétabli.

La communauté internationale a vivement condamné ces actes et appelé le gouvernement congolais au dialogue. Mais dans son discours de fin d’année dimanche soir, Joseph Kabila a réitéré que les élections se tiendront le 23 décembre 2018.

 

 

Auteur:
Jean-M NKOUSSA
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique