Cameroun - 11ème édition du Cameroon Business Forum: Voici les propositions du GICAM en vue de la relance post COVID

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Oct-2020 - 11h59   7303                      
1
Célestin Tawamba, nouveau président du GICAM GICAM
Elles ont été formulées le 22 octobre au cours de la 11ème édition du Cameroon Business Forum à Yaoundé.

Prendre des mesures urgentes en vue de la relance économique après les effets négatifs du COVID-19. C’est en résumé ce qu’il faut retenir de l’édition 2020 du Cameroon Business Forum (CBF), un cadre de concertation entre les pouvoirs publics et le secteur privé, mis en place depuis 2009.

Les travaux présidés par le Premier Ministre, Joseph Dion Ngute, avaient pour thème "L’environnement des affaires à l’épreuve du COVID-19".

Selon une récente enquête du GICAM, le principal groupe patronal du pays qui représente 70% des recettes fiscales de l’Etat et 40% du budget du pays, plus de 90% des entreprises ont été négativement impactées par le Coronavirus, entraînant jusqu’à 3139 milliards de FCFA de recul du chiffre d’affaires par rapport à 2019 et une baisse des recettes fiscales  de 521 milliards de FCFA. Selon la même étude, près de 54 000 salariés permanents ont été mis au chômage technique, soit 13,6% du total des employés permanents des entreprises modernes, et 13 834 autres ont été tout simplement licenciés du fait de la crise.

Au regard de la situation, le Groupement Inter-Patronal du Cameroun, par la voix de son président, Célestin Tawamba, a formulé ses propositions en vue de la relance de la machine économique du secteur privé. Le GICAM propose ainsi des mesures de trois catégories.

D’abord des mesures urgentes d’apaisement indolores au budget de l’Etat. Notamment le paiement de la dette de l’Etat aux entreprises, estimée à 2000 milliards de FCFA; la réforme des attestations de non-redevance ou la suspension des vérifications générales (douanes, impôts, CNPS) pour l’année 2021.

Ensuite, suggère le GICAM, l’Etat doit prendre des mesures financières, fiscales et bancaires. Il s’agit, entre autres, de l’aménagement des provisions de la COBAC (gendarme financier de la sous-région), l’objectif étant de permettre aux entreprises d’obtenir des reports d’échéances de paiement auprès des banques; la création d’un Fonds de soutiens aux entreprises, assorti d’emprunts garantis par l’Etat; la fin de l’imposition basée sur le chiffre d’affaires.

Enfin, le patronat propose des mesures économiques et structurelles à l’instar de la promotion des produits locaux.

 

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique