Cameroun: A la suite de l’assassinat d’un couple à Batibo par les sécessionnistes, Paul Biya prescrit des mesures spéciales pour porter secours à la famille

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Jun-2018 - 11h51   18430                      
52
Paul Biya Archives
Le ministre de la Communication, quant à lui, prend une fois de plus à témoin la communauté nationale et internationale, face à l’obscurantisme et la dérive sanguinaire des bandes terroristes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Un couple civil constitué du nommé MUZAM et de son épouse Madame MUZAM Mary NGAH, âgés respectivement de 47 et 42 ans, a été froidement assassiné le samedi 16 juin 2018 vers 16 heures 30 minutes au quartier dit Atanga, sur l’axe reliant l’arrondissement de Batibo, département de la Momo, région du Nord-Ouest, au village de Ambo situé dans le ressort territorial du même arrondissement.

Le jour du drame, selon Cameroon Tribune en kiosque le lundi 18 Juin 2018, les infortunés se rendaient au chevet d’un de leur parent, la mère de Monsieur MUZAM, pour lui apporter du réconfort dans une maladie à laquelle elle fait face depuis quelque temps.

«Rendus sur place, ils ont été kidnappés par leurs bourreaux, qui après les avoir bâillonnés, ligotés et leur avoir bandé les yeux, les ont conduits devant la chapelle des lieux, avant de les abattre, visiblement au moyen d’armes à feu. Les corps des malheureuses victimes ont été déposés à la morgue de l’Hôpital de Batibo».

Dans un communiqué relayé par le journal, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, indique que «ce crime aurait été commis en représailles à l’engagement de ce couple à faire vivre l’école à Atanga, ainsi qu’en raison de leur militantisme politique favorable au RDPC, le Parti au pouvoir».

En effet, fait savoir Issa Tchiroma BAkary, «Dame MUZAM Mary, fortement soutenue par son époux, était jusqu’à sa mort, Présidente de la sous-section OFRDPC de Batibo. C’est sous cette bannière que ledit couple avait fait fi du mot d’ordre de boycott des festivités marquant la 46è fête de l’Unité nationale le 20 mai 2018, et s’était fortement impliqué pour la réussite locale de cet important évènement national».

Au nom du gouvernement, le ministre de la Communication prend une fois de plus à témoin la communauté nationale et internationale, face à «l’obscurantisme et la dérive sanguinaire de ces bandes terroristes, qui n’ont que faire des valeurs civilisationnelles et des impératifs de paix, de stabilité et de tolérance mutuelle qui gouvernent notre Nation».

Deux des enfants des défunts âgés de 10 et 6 ans, ont été récupérés par la Gendarmerie Nationale et conduits à l’état-Major de la Légion du Nord-Ouest. Contact a été pris avec leur sœur aînée âgée de 24 ans qui réside à Douala, pour la garde de ses cadettes. Le président de la République, Son Excellence Paul Biya adresse aux familles si durement éprouvées ses condoléances les plus attristées.

«Le chef de l’État a par ailleurs instruit que des mesures urgentes et appropriées soient prises pour porter secours à la famille des disparus», apprend-on dans le communiqué du ministre de la Communication.

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique