Cameroun - Affaire Bouba Simala: Le président de l’Assemblée nationale a un nouvel avocat, Me Sylvestre Mben

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jul-2018 - 06h07   4735                      
0
Cavaye Yeguié Djibril, Président de l'Assemblée Nationale Archives
L’audience du 17 juillet 2018 au Tribunal militaire de Yaoundé a permis au nouveau conseil de se constituer.

Pour l’affaire qui oppose Cavaye Yéguié à son ex-garde du corps, Bouba Simala et qui dure depuis 2015, c’est Me Sylvestre Mben qui va désormais défendre les intérêts du président de l’Assemblée nationale (PAN). Lors de l’audience du 19 juin 2018, ce dernier n’avait pas pu déposer sa lettre de constitution, du fait que le PAN se faisait encore défendre par deux avocats qui de leur côté ne savaient pas qu’ils seront rejoints par un autre confrère.

Le quotidien Le Jour du 18 juillet 2018 indique qu’en fait l’audience du 17 juillet 2018 devait permettre à la défense du PAN de produire les preuves au Tribunal. Ce qui n’a pas été fait. Pour rappel le capitaine Bouba Simala répond des faits de violation de consignes, outrages à corps constitués et menaces simples. Seulement lors de l’audience de juin dernier, le plaignant avait fait parvenir à la cour une correspondance dans laquelle, il affirmait n’avoir jamais porté plainte contre son ex-garde du corps. Une déclaration qui avait surpris Me Justine Fotso Chebou et Me Koumaye ses premiers conseils. Dans la même correspondance le PAN déclarait n’avoir jamais été entendu dans le cadre de l’enquête préliminaire.

Pour Me Emmanuel Simh l’avocat qui assure la défense du capitaine Bouba Simala, partant du fait que Cavaye Yéguié a déclaré n’avoir jamais porté plainte contre son ex-garde du corps, il n’y avait donc plus lieu qu’un autre conseil se constitue pour la défense des intérêts de la partie civile. Pour lui son client sur la base de ce point ne devait être en procès qu’avec le Ministère public. Les arguments de Me Emmanuel Simh ont tous été rejetés par la présidente du Tribunal et par la civile partie. Car pour eux les déclarations du PAN n’écartent pas le mis en cause de la procédure judiciaire. L’affaire a été renvoyée au 21 août 2018.  

 

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique