Cameroun - Affaire des logements SICC: L’État joue les médiateurs entre les plaignants et la promotrice, Brigitte Soppo Ngalle

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Oct-2017 - 13h44   1688                      
0
Les protagonistes lors de la réunion du 10/10/2017 J.C
Le ministre de l’Habitat et du Développement urbain, Jean-Claude Mbwentchou, a tenu une réunion avec toutes les parties prenantes dans cette affaire le mardi 10 octobre 2017, avec pour objectif de s’enquérir de la situation.

Cette rencontre technique a rassemblé l’ensemble des intervenants de ce différend. A savoir: la délégation du collectif des victimes et leurs avocats, la directrice de la SICC, Brigitte Soppo Ngalle épouse Tsobgny, le directeur général du Crédit foncier du Cameroun (CFC), Jean Paul Missi, et le ministre Jean-Claude Mbwentchou.

Au cours des échanges, apprend-on, le Collectif des victimes et leurs avocats ont lancé un appel aux autorités, afin que justice soit rendue. Les plaignants ont expliqué les souffrances qu’ils endurent depuis sept ans, en raison du non-respect des clauses du contrat signé avec la SICC et le Crédit foncier. Pour certains, des sommes continuent à être prélevées de leur salaire pour le paiement des logements qu’ils n’ont jamais reçu.

D’après un participant à la réunion de mardi, Brigitte Soppo Ngalle et Jean Paul Missi auraient eu des échanges houleux, les deux principaux acteurs de ce projet se renvoyant la responsabilité de cet échec.

Au bout de 3 heures, le ministre de l’Habitat et du Développement urbain a fait des recommandations dans le sens de trouver le plus rapidement un plan de règlement de ce litige. Un autre rendez-vous a été convenu entre les différentes parties, pour mettre définitivement fin à ce problème assimilé à une arnaque immobilière.

En rappel, 180 personnes avaient signé un contrat de propriété avec la Southwest international construction corporation (SICC), moyennant le paiement d’une avance minimale de 10% de la valeur du logement sollicité. Seulement 7 ans plus tard, aucune construction n’est en vue.

Brigitte Soppo Ngalle reproche au Crédit foncier et à ses partenaires américains de n’avoir pas honoré leurs contrats avec la SICC. Une situation qui l’a mise dans un inconfort face à l’incapacité d’obtenir le crédit promoteur. Ne disposant que du crédit acquéreur versé par les 180 familles, elle n’a pu réaliser depuis 2010, seulement la phase de terrassement et la construction de deux maisons pilotes dont l’une est occupée par un acquéreur, le tout à hauteur de 5 milliards de FCFA.

 

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique