Cameroun - Affaire Martinez Zogo: Après sa lettre d’excuses au couple Mvondo Ayolo, l’animateur a écrit au Président Paul Biya pour dénoncer le ‘‘laxisme’’ et ‘‘l’inertie’’ du directeur de Cabinet de la Présidence

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Jan-2020 - 13h15   11830                      
10
Martinez Zogo archives
Martinez Zogo a écrit les deux correspondances en l’espace de trois jours.

Le chef de chaîne de la radio Amplitude FM, Martinez Zogo, est depuis la nuit du 22 au 23 janvier 2020, l’un des pensionnaires de la prison centrale de Yaoundé-Kondengui.

L’animateur vedette y a été écroué suite à un mandat de dépôt décerné à son encontre par un procureur du Tribunal de Première Instance de Yaoundé centre administratif.

Son dossier d’inculpation comporte quatre charges: diffamation, injures, chantage et cybercriminalité.

Il a été interpellé le 17 janvier et placé en garde à vue au Secrétariat d’Etat à la Défense, suite à une plainte de Mme Mvondo Ayolo née Sylvie Essono, l’épouse du ministre, directeur de cabinet de la Présidence de la République.

Le présentateur de‘‘Embouteillages’’ a animé plusieurs émissions à charge contre la plaignante et son époux, Samuel Mvondo Ayolo, ex-ambassadeur du Cameroun en France.

Le 19 janvier, M. Zogo, a écrit une première lettre d’excuses à l’épouse du collaborateur du Chef de l’Etat qu’il appelle ‘‘maman’’, reconnaissant son tort et demandant pardon à son ‘‘père’’, Mvondo Ayolo.

Curieusement, 3 jours plus tard, c’est-à-dire le 22 janvier, l’animateur a signé une deuxième correspondance, celle-là adressée au Président de la République, sollicitant son intervention.

Il y décrit M. Mvondo Ayolo comme un collaborateur du Chef de l’Etat qui se caractérise par le ‘‘laxisme’’ et ‘‘l’inertie’’ et l’accuse d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires.

Les deux correspondances ont fuité sur les réseaux sociaux, suscitant la controverse.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique