Cameroun - Affaire Stéphanie Djomo Yepmo: En réaction aux accusations du ministre de la Communication, le président du Syndicat National des Journalistes du Cameroun, Denis Nkwebo, prend la défense de l’employée d’Equinoxe Télévision Esther Maël

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Nov-2020 - 07h07   8949                      
16
Denis Nkwebo à ABK Radio le 3 septembre 2019 ABK Radio
Le journaliste comprend cependant l’attitude de René Emmanuel Sadi qu’il justifie par les dérives dont se rendent coupables les hommes de médias au Cameroun.

Denis Nkwebo désapprouve René Emmanuel Sadi. Dans ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Stéphanie Djomo Yepmo, le président national du Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC) estime que le ministre de la Communication n’avait pas le droit d’indexer comme il l’a fait dans une mise en demeure datée du 12 novembre 2020, Equinoxe Télévision et la présentatrice du programme querellé Esther Maël.

«Sur la forme le ministre de la Communication n’est pas garant du respect de l‘éthique et de la déontologie dans la presse. Le président de la République a créé le Conseil National de la Communication. Et c’est ce Conseil-là, malgré le fait que les organisations professionnelles le récusent en raison de sa composition, ce conseil a la charge de connaître des différends liés aux questions d’éthique et de déontologie. Le ministre a nommément accusé la journaliste Esther Mael et ce n’est pas du rôle et du ressort du ministre de mettre en accusation publiquement une journaliste étant donné qu’il ne connaît pas dans quelles conditions l’émission a été réalisée. Nous autres journalistes savons comment ça se fait», a déclaré le journaliste sur ABK Radio le 16 novembre 2020.

Denis Nkwebo soupçonne René Emmanuel Sadi de ménager le top management d’Equinoxe TV et de préférer s’en prendre au plus faible. Il pense qu’il aurait plutôt dû éviter de se poser en juge et poser le problème à l’organe de régulation compétent. «Sur la forme toujours, le ministre évite certainement, par amitié ou par clanisme, de mentionner ou de s’adresser directement au représentant moral d’Equinoxe Télévision. C’est vrai qu’il y a la responsabilité en cascade, mais la première responsabilité de la tenue, de l’éthique et de la déontologie incombe au donneur d’ordre qui est le promoteur. Le ministre a éludé cette question là et a accusé officiellement Esther Maël. En confraternité il est inadmissible pour nous qu’elle soit ainsi jetée en pâture. En tout état de cause, ceci expliquant cela, le ministre devait mieux se pourvoir en faisant recours au Conseil National de la Communication pour trancher ou au moins se prononcer là-dessus», réagit l’ancien rédacteur en chef adjoint du journal Le Jour. 

Abordant la question sur le fond, il cite en exemple la Charte des journalistes professionnels en  France et se dit très surpris du silence des journalistes camerounais qui, selon lui, prennent souvent des libertés avec ladite charte. Ce qui lui fait penser que pour cette seule raison, le ministre a raison sur le fond.

Le journaliste s’est particulièrement attardé sur le spectacle de femmes (la présentatrice Esther Maël comprise) en larmes dans l’émission «Paroles de femmes» du 3 novembre 2020. Il fait savoir que c’est une attitude qui n’est pas professionnelle. «Je suis choqué de voir qu’un présentateur de télévision pleure à l’antenne. C’est une déstructuration de la conception de base du journalisme. C’est comme si  le prêtre au lieu d’aller apaiser les cœurs à l’église le dimanche va se donner en spectacle et fond en pleurs. Si vous êtes chargés de remonter le moral à ceux qui ne l’ont pas, vous ne devez pas être le premier à fondre. Le fait pour vous de pleurer c’est apporter une caution au récit. Or la distance critique recommande que quelle que soit la gravité des faits énoncés par votre invité, quel que soit le choc émotionnel que l’invité crée au près du public, vous en êtes exempt. Puisque si vous pleurez, cela veut dire que vous êtes aussi choqué et vous croyez que c’est bon. Si c’est simulé, de même vous portez l’entière responsabilité d’avoir porté l’émission vers une émotion qui était intentionnellement programmée ou créée».

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique