Cameroun - Alternance au sommet de l’Etat: Les artistes Richard Bona et Belka Tobis s’affrontent en musique

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Jun-2020 - 16h58   15279                      
63
Belka Tobis Capture d'ecran
A l’origine de cette polémique, une chanson de Richard Bona qui appelle le président de la République Paul Biya à quitter le pouvoir.

Richard Bona, opposant convaincu au régime presque quarantenaire de Paul Biya a récemment commis sur le marché discographique une chanson hostile envers le président de la République. Baptisée «Allo Fokou», cette composition  de 3 minutes et 38 secondes,  est un hymne qui appelle au départ du  chef de l’Etat, qu’il désigne sous le nom de «Pol Pillard». Depuis les Etats-Unis où il réside depuis des années, l’auteur de «Kalanbacoro» a tenu à expliquer à nos confrères de la radio française RFI, son engagement pour l’alternance au sommet de l’Etat.

«Vu ce qui se passe dans le Sud-Ouest et Nord-Ouest, dans les regions aglophones du pays et aussi au Nord-Cameroun, avoir initié cette guerre au Nord et Sud-Ouest. On aurait pu faire tout pour ne pas rentrer en guerre. Et voilà.  C’est tous ces élans de brutalité qui font que, je pense que ça a été une très mauvaise décision. Le résultat est là, il est juste accablant. Voilà. Et au Cameroun c’est une très, très vieille dictature. C’est une dictature qui ne dit pas son nom depuis presque quatre décennies et ça doit changer. On ne va pas trouver des solutions avec des gens qui ont créé le problème. Donc voilà, Paul Biya, must go», a-t-il déclaré.

Bien accueillie par le public, la chanson de Richard Bona truste actuellement la tête des charts mondiaux. Pourtant, ce titre un brin subversif et révolutionnaire n’est pas du goût de Belka Tobis, artiste musicien camerounais résidant en France. Pour ce dernier, le célèbre bassiste  prône à travers ce titre, la haine et encourage la guerre. Après lui avoir répondu en chanson, «la Giga Star» a donné de plus amples explications concernant son opposition au combat de son confrère

«Je n’ai rien contre Richard Bona, qui est d’ailleurs un très grand musicien que j’apprécie. Mais le seul bémol est qu’il prône pour la guerre, mais moi, je prône pour la paix. Il n’est pas en train de jouer son rôle d’artiste. L’artiste est là pour la paix et non pour la guerre. J’aimerais vraiment, si Richard Bona veut participer pour l’évolution de son pays le Cameroun, qu’il parle vraiment, qu’il essaie un peu d’apaiser tous les Camerounais. Je veux qu’on passe par le dialogue que le président de la République camerounais a donné, monsieur Paul Biya: mon seul parti politique c’est la paix. Après soixante ans d’indépendance, je n’aimerais pas qu’il y ait la guerre dans mon pays. Je veux qu’on avance. J’aimerais que nos enfants avancent dans la paix», a-t-il souhaité.

Rappelons que ce n’est pas la première fois que les deux artistes s’affrontent par chansons interposées. En février dernier, les deux hommes s’étaient déjà affrontés, évoquant de manière imagée la situation sociopolitique au Cameroun.

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique