Cameroun - Ambassade du Cameroun en France: Les raisons du limogeage d’Alfred Nguini

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 01-Jul-2020 - 09h02   12822                      
7
S.E Alfred Nguini archives
L’ancien ambassadeur plénipotentiaire de la République du Cameroun auprès de la République française a été remplacé, ce 30 juin 2020, par André Magnus Ekoumou.

Rappelé au mois d’avril 2020, le désormais ex-ambassadeur du Cameroun en France, Alfred Nguini, est arrivé à Yaoundé le 12 mai 2020 à bord d’un vol Ethiopian Airlines, spécialement affrété par le gouvernement camerounais pour rapatrier des ressortissants bloqués à l’étranger.

De nombreux observateurs ont perçu la décision de Yaoundé comme le début de sa descente aux enfers. Et la sentence est tombée ce 30 juin 2020. Un peu plus d’un an après sa nomination, l'ex-ambassadeur a été remplacé par André Magnus Ekoumou.

En conflit avec le percepteur de l’ambassade, Christophe Ketchankeu, Alfred Nguini a donc perdu la bataille face à ce dernier. Selon le quotidien Le Messager édition du 1er juillet 2020, «beaucoup voient son limogeage comme une façon d’apaiser les tensions avec une partie du personnel de la représentation diplomatique à Paris».

En effet, rappelé sans explication officielle, le journal révèle que cette décision était liée aux travaux de réfection de l’ambassade, située dans le 16e arrondissement de Paris, après le saccage perpétré en janvier 2019 par des activistes, notamment la Brigade anti-sardinard (BAS).

«Nommé en mars, soit deux mois après cette émeute, le diplomate avait adressé au ministre des Finances, Louis Paul Motaze, plusieurs demandes de financement afin d’améliorer la sécurité du bâtiment. En un an, il a sollicité près de 1,3 milliard de FCFA de crédits», indique le journal.

Des sources du journal soutiennent que «la gestion de cette somme d’argent s’est déroulée en toute opacité». A cela, étaient venues se greffer «des relations coupables (vraies ou supposées) avec sa secrétaire qui s’était érigée en véritable patronne des lieux», peut-on lire.

 

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique