Cameroun : Ancienne victime de Pinochet, ex abuseur des droits humains, Michelle Bachelet a parlé de son expérience avec Paul Biya.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-May-2019 - 04h58   2621                      
0
Selon l’opposant camerounais Maitre Akere Muna, Madame Bachelet peut aisément nous dire « je comprends votre douleur » car, avant de devenir Présidente de la République, elle a souffert sous la dictature du président Pinochet, a été arrêtée et torturée, a perdu son père, décédé sous la torture et a été contraint à l'exil pendant plusieurs années.

 

Avant de quitter Yaoundé hier samedi 04 mai 2019 au terme d’une visite de travail de quatre jours, la Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme a déclaré qu’elle a parlé avec le président camerounais Paul Biya, de son expérience de femme politique et ancienne victime de la dictature militaire d’Augusto Pinochet.

« Nous avons échangé sur la sécurité et la situation des droits de l’homme au Cameroun. Je lui ai aussi parlé de mon expérience en tant qu’ancienne présidente de la République du Chili » a déclaré Michelle Bachelet au sortir de sa rencontre avec le Chef de l’Etat camerounais le vendredi 03 mai dernier au Palais de l’Unité à Yaoundé.

Parlant de son expérience, Michelle Bachelet a mené d’importantes réformes sociales et politiques pendant ses deux mandats à la présidence du Chili. Mais avant de contribuer à consolider la démocratie dans son pays, Michelle Bachelet âgée aujourd’hui de 67 ans, a subi la torture pendant le règne de son prédécesseur dictateur Augusto Pinochet entre 1974 et 1990. Selon l’opposant camerounais Akere Muna, cette triste expérience de Michelle Bachelet va sans doute l’aider à bien comprendre l’opposition camerounaise qui dénonce les violations des droits de l’homme et de libertés par le régime de Paul Biya.

« Ce matin (samedi 04 mai, NDLR), les leaders d'opposition ont eu une rencontre avec Mme Michelle Bachelet, ancienne Présidente de la République du Chili et Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. C’était l’occasion de parler des échecs systémiques ainsi que de la triste situation de la gouvernance, de l’état de droit et des droits de l'homme dans notre pays. J'ai insisté sur la nécessité d'un dialogue immédiat et inclusif, ainsi que sur la libération de toutes les personnes arrêtées à la suite à la crise dans les régions anglophones et aux élections présidentielles. J'ai clairement mentionné le fait que le professeur Kamto et environ 200 autres (civils) traduits devant un tribunal militaire étaient un exemple clair du fait que le gouvernement, de plus en plus, fait usage des instances judiciaires pour régler les comptes avec ses contradicteurs politiques. Avant de devenir Présidente de la République, Mme. Bachelet a souffert sous la dictature du président Pinochet, a été arrêtée et torturée, a perdu son père, décédé sous la torture et a été contraint à l'exil pendant plusieurs années. Elle a été Ministre de la Santé et Ministre de la Défense avant de se présenter à l’élection présidentielle.  Avec un tel parcours, Mme. Bachelet peut aisément nous dire « je comprends votre douleur ». Elle a insisté sur l'importance de l'égalité et de la justice. Je suis sûr que, le 13 mai prochain, une intervention de Mme. Bachelet sera d’une grande utilité au conseil de sécurité » a écrit Maitre Akere Muna, dans une publication dans les réseaux sociaux.

Michelle Bachelet a séjourné à Yaoundé à l’invitation du Chef de l’Etat Paul Biya.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique