Cameroun - Annonce du Dialogue National: Selon le quotidien Le Jour, le président Paul Biya a ressuscité la «Tripartite de 1991»

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Sep-2019 - 19h34   4438                      
25
Paul Biya - allocution archives
Un texte du directeur de publication du journal qualifie la sortie du chef de l’Etat de «remake».

A la fin de ce mois de septembre 2019, le Premier Ministre Joseph Dion Ngute va présider un grand dialogue national. L’annonce a été faite par le président de la République Paul Biya. C’était au cours d’un discours prononcé ce 10 septembre 2019.

Cette consultation vise à trouver des solutions définitives à la crise anglophone. Seulement, dans un texte publié dans le quotidien Le Jour édition du mercredi 11 septembre 2019, le directeur de publication du journal Haman Mana estime  que le président Paul Biya a tout simplement «ressuscité la Tripartite organisée en 1991».

«Au bout de huit mois de "villes mortes" entre mars et octobre 1991, marquées par une mise à sac des principales villes du pays et de la contestation du pouvoir en place par une opposition et une société civile réclamant une Conférence Nationale Souveraine comme dans la plupart des pays africains à l'époque, Paul Biya annonce une "Tripartite", présidée par le Premier Ministre d'alors, Sadou Hayatou. Pouvoir, partis politiques et une société civile encore digne de ce nom se réunissent donc au Palais des congrès de Yaoundé pour redessiner l'avenir du Cameroun. Le pouvoir cède sur plusieurs points: les libertés publiques, la limitation des mandats présidentiels, la mise sur pied d'un certain nombre d'institutions…», rappelle Haman Mana.

«Les années qui ont suivi ont montré l'intention qu'il y avait derrière cette manœuvre: gagner du temps, se repositionner en selle, et repartir», affirme le journaliste.

Pour le directeur de publication, aujourd’hui, sérieusement ébranlé par la crise anglophone, «le même pouvoir, avec la même tête, remet le même couvert. Pour le même menu. En semblant ignorer que les convives ne sont plus les mêmes...En 1992, il y avait une société civile et des partis politiques qui donnaient des mots d'ordre à des citoyens engagés. Aujourd'hui, ceux qui ont la main sur les groupes armés du Nord-ouest et du Sud-ouest sont invisibles. Leur leadership visible est en prison et croule sous des peines bien lourdes de prison. Comme M. Biya l'a dit lui-même dans son discours d'hier soir, avec qui négocier? Quels seront les protagonistes de ce débat sinon les mêmes notabilités qui le 20 mai et début janvier s'en vont saluer en se prosternant " le chef" et sa femme, en mangeant des petits fours?».

«…C'est le modèle même du "faire semblant" utilisé pour recouvrir de vernis, les problèmes, une formule qui hélas ne trompe plus personne...», soutient le DP.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique