Cameroun: Apres avoir muselé Kah Walla, le ministre de l’administration territoriale envoie une escouade de gendarmes empêcher l’accès au siège du parti CPP à Douala.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jul-2018 - 11h11   12673                      
30
Kah Walla CIN Screen Capture
Ludovic Lado, prêtre opposant au régime de Yaoundé et Edith Kah Walla, leader du CPP, parti d’opposition, avaient, programmé ce vendredi 20 juillet 2018 au siège du CPP, une déclaration conjointe sur l’actualité politique.

Surprise désagréable pour le personnel permanent au siège du Cameroon people’s party (CPP), sis au quartier Bali à Douala. Venus travailler comme tous les matins, ils ont constaté qu’ils ne pouvaient avoir accès à l’immeuble siège du CPP à cause d’une escouade de gendarmes et de policiers qui ont investi les lieux au lever du jour.

« Nous avons pour mission de ne laisser personne entrer et d’interdire la manifestation qui est prévue ici parce que ceux qui l’organisent n’en ont pas qualité » a confié à Cameroon-info.net, un des hommes en tenue devant le siège du CPP. Il fait aussi savoir que c’est la conséquence logique de la décision prise le mardi 17 juillet par le ministre de l’Administration territoriale.

Le ministre Paul Atanga Nji avait envoyé une correspondance aux gouverneurs de Région pour indiquer que pour le cas du CPP, qui est traversé par un conflit interne selon le MINAT, seul Samuel Titi Samuel Fon est désormais habilité à répondre au nom du CPP en remplacement d’Edith Kah Walla.    

« Depuis 06h du matin de ce vendredi 20 juillet 2018, le siège du CPP à Douala est assiégé par des gendarmes, des policiers et d'autres agents en civil. Ces derniers empêchent toute personne d'entrer et de sortir. Ceci se passe le jour où le Mouvement Stand Up For Cameroon et la Cameroon Patriotic Diaspora entendaient annoncer leur alliance et s'exprimer sur la présidentielle et la crise anglophone. Cette énième violation grave des droits et libertés des citoyens Camerounais / es que nous sommes est inacceptable ! Elle illustre une fois de plus et une fois de trop que sous ce régime, l'État de droit n'existe pas. Cette violation survient également au lendemain d'une décision absurde et infondée du Ministre de l'Administration Territoriale de désignation des représentants légaux de certains partis politiques. Le Mouvement Stand Up For Cameroon et la Cameroon Patriotic Diaspora ne sont nullement démobilisés par ces manœuvres d'intimidation. Ils réaffirment leur détermination à présenter aux Camerounais / es les options qu'ils jugent salutaire pour le pays. On ne peut pas indéfiniment priver des citoyens de leurs droits et libertés. On ne pourra pas toujours bâillonner le Peuple. Le vent du changement souffle déjà et ce ne sont pas ces gesticulations qui empêchera la fin de ce système ». Telle est la réaction conjointe du Mouvement Stand Up For Cameroon et Cameroon Patriotic Diaspora.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique