Cameroun - Après les marches du 22 septembre 2020: Une militante du MRC dénonce des traitements inhumains infligés aux manifestants arrêtés à Douala

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Sep-2020 - 08h53   4496                      
21
Militants en détention Anonyme
Cette dernière a été libérée après avoir passé plusieurs jours en détention à la police judiciaire à Bonanjo.

Dans son journal matinal de ce 28 septembre 2020, la Radio Equinoxe a diffusé le témoignage glaçant d’une militante du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Cette dernière, dont l’identité n’a pas été révélée, fait partie des personnes arrêtées à Douala lors des marches du 22 septembre 2020, violement dispersées par la police.

Elle a été détenue pendant plusieurs jours à la délégation régionale de la police judiciaire du Littoral à Bonanjo, avant d’être remise en liberté.

Dans l’extrait diffusé par nos confrères, elle revient, en larmes, sur les traitements inhumains infligés aux manifestants qui séjournent dans certaines unités de détention de la capitale économique:

«Je sors de la PJ de Bonanjo et la gendarmerie de Mboppi. Ces gens sont très mal, ils sont dans un sale état. A la PJ, nous étions 8 femmes, je suis la seule qui est sortie. Quand je suis arrivée, il y a une qui était en train de saigner. Elle m’a demandé le mouchoir pour pouvoir l’utiliser comme serviette hygiénique. Il y a d’autres qui étaient malades, ayant la fièvre. Un policier m’a suggéré d’aller leur acheter des comprimés.

J’ai tellement mal, ils sont là, abandonnés à eux-mêmes (pleurs). Je suis allée chercher du Paracétamol et de l’Efferalgan. Mais ça n’a pas suffi pour tout le monde, car ils sont au nombre de 130 […] Même la nourriture que j’ai faite était insuffisante.

J’ai vu des papas qu’on a déshabillés, ils sont mal. Outre la PJ et la gendarmerie de Mboppi, il y en a qui sont à la légion de gendarmerie du Littoral, la compagnie de Ndogbong, la brigade de Ndogbong, en tout ils sont détenus dans huit points».

Le MRC fait état de plus de 600 militants arrêtés à l’occasion des dernières manifestations. Si certaines personnes ont été libérées, la grande majorité d’entre elles reste en détention.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique