Cameroun - Art et Culture: Le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt, défend le projet de loi sur les associations Artistiques et culturelles à l’Assemblée Nationale

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-Jun-2020 - 16h56   864                      
0
Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt Archives
C’est précisément devant les membres de la Commission des Affaires culturelles, sociales et familiales que le ministre s’est défendu, le 29 juin 2020.

Le ministre des Arts et de la Culture (MINAC), Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, a présenté et défendu le projet de loi régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun. C’était devant la Commission des Affaires culturelles, sociales et familiales de l’Assemblée Nationale, réunie le 29 juin, pour la toute première fois depuis l’ouverture de cette session de juin 2020.

«Durant plus de deux heures, le MINAC a démontré la nécessité d’extraire les associations artistiques et culturelles des dispositions de l’article 5 alinéa 4 de la loi n°90/053 du 19 décembre 1990 sur la liberté d’association et de soumettre leur gestion à des textes particuliers. La prolifération doublée du chevauchement des initiatives privées dans ce secteur créatif, les batailles judiciaires et les guerres d’ego et la dispersion des énergies tant chez les artistes, des entrepreneurs et opérateurs culturels qu’au niveau de l’Etat n’ont pas favorisé un meilleur encadrement institutionnel», précise le journal d’Etat Cameroon Tribune en kiosque ce 30 juin 2020.

D’après le ministre, ce projet de loi «vise à encadrer la création et le fonctionnement des associations artistiques et culturelles».

Le texte défendu par le MINAC le positionne comme le véritable régulateur du mouvement culturel national.

Le reporter relève que: «il est proposé dans ce texte contenant 61 articles, une nouvelle stratification du sous-secteur arts et culture. Les rassemblements des professionnels par discipline sont encouragés afin de doper qualitativement et quantitativement la production artistique et culturelle nationale».

Ainsi, en termes de regroupements d’associations poursuit notre confrère, «on aura des compagnies au niveau des arrondissements, des unions au niveau départemental, des guildes dans les régions et les fédérations au niveau national. Ces différents regroupements vont se créer en toute liberté mais devront opérer dans le respect de la législation en vigueur ainsi qu’aux statuts des organisations internationales auxquels ils sont affiliés pour le cas des fédérations».

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique