Cameroun: Au cours d’une émission de débat à la CRTV-Télé, Charles Ndongo chasse l’opposant Sam Mbaka et Garga Haman chasse la journaliste Cathy Toulou  

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Aug-2018 - 05h55   19525                      
30
Les invites avant le debut de l'emission Capture d'ecran
Le Maire de Buea et le Vice-président de l’UDC ont été bannis d’une émission sur la présidentielle 2018 diffusée mardi 7 août 2018 sur l’antenne de la télévision nationale.

L’émission a été annoncée en grandes pompes depuis le début de la semaine : « Premier débat sur la Présidentielle 2018, ne manquez pas le rendez-vous de ce mardi à 21h sur la CRTV ».

Le jour dit, la diffusion de cette émission a commencé avec plus de 30 minutes de retard pour des raisons non publiées par le présentateur Aimé Robert Bihina. L’étonnement et la curiosité des téléspectateurs ont été plus aiguisés par la présence de deux invités seulement sur les quatre annoncés.

Pendant plus d’une heure, ce programme inaugural d’une longue série a été animé par Garga Haman Adji, candidat de l’ADD à la présidentielle 2018 et Jacques Fame Ndongo, secrétaire national à la communication du Comité central du RDPC, parti politique au pouvoir et « homme de confiance de mon grand frère Paul Biya » précise Garga Haman.

Les deux autres invités, Patrick Ekema, Maire de Buea et Cyrille Sam Mbaka, vice-président de l’UDC, parti politique d’opposition, ont été bannis à la dernière minute. « J’étais déjà sur le plateau et le présentateur faisait signe pour le début de l’émission quand on est venu me chercher pour le bureau du Directeur général » indique Sam Mbaka dans un entretien téléphonique avec la rédaction de Cameroon-info.net.

Pour quelles raisons donc, ces deux derniers invités ont été exclus du programme ? La Direction de la CRTV n’a pas souhaité s’expliquer. Du côté de l’Union démocratique du Cameroun, on dénonce un musèlement flagrant nocif pour la démocratie dans un contexte électoral

«Fame Ndongo écarte le vice président national de l’UDC, M. SAM MBAKA, d’un débat télévisé à la CRTV sous prétexte que le plateau sera saturé! Le réflexe de la dictature a forcé le communicateur du RDPC a préférer Garga Aman Haji, celui qui jurait que Biya l’a ressuscité. Voilà donc la démocratie! Le vice président de L’UDC a pourtant fait le déplacement par avion depuis Douala pour venir à ce débat afin d’édifier nos téléspectateurs sur le projet politique de L’UDC » dénonce Laziz Nchare dans un message envoyé à notre rédaction par la cellule de communication de l’UDC.

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Sam Mbaka explique comment il a été exclu par le Directeur général de la CRTV en personne. « J’étais déjà maquillé et assis autour du plateau avec les autres invités pour l’émission quand on est venu me dire que Charles Ndongo m’appelle. A son bureau, il me dit en présentant ses excuses que je ne peux plus passer parce que le plateau est saturé. Je lui ai exprimé mon mécontentement et je suis parti » explique le haut cadre de l’UDC. Ce dernier pense aussi que, c’est pour maquiller son exclusion pour des raisons favorables au candidat Paul Biya, que le Maire de Buea a été aussi mis de côté.

Le second insolite qui marquera à jamais ce premier numéro de « Le Grand débat : 100% Présidentielle », est le comportement irrévérencieux de Garga Haman à l’endroit du journaliste Cathy Toulou Elanga.

Cette dernière a été appelée par le présentateur vers la fin du débat pour présenter les contributions des internautes qui suivaient l’émission retransmise en direct sur Facebook. Le leader de l’ADD a eu une réaction épidermique en menaçant de quitter le plateau si Cathy Toulou s’installait pour assurer sa rubrique. « J’ai flairé le coup » a lâché Garga Haman Adji. Finalement, le passage de l’ancienne présentatrice des journaux à Canal 2 international a été annulé.

Cette attitude de Garga Haman et la décision de Charles Ndongo qui avait déjà déclaré au lendemain de sa nomination à la tête de l’organe audiovisuel public que « la CRTV est le Tam-Tam de Paul Biya » suscitent un tollé au sein de l’opinion publique

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique