Cameroun - Bafang (Ouest): L’Union des Mouvements Socialistes de Pierre Kwemo accusée d’avoir sous-traité avec le MRC pour les marches du 22 septembre 2020

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Sep-2020 - 10h05   5923                      
11
Pierre Kwemo archives
Dans une lettre de mise en garde envoyée le 23 septembre 2020 au président de l’UMS, le Préfet du Haut-Nkam, Luc Ndongo, l’accuse par ailleurs d’avoir instrumentalisé des jeunes de moins de 20 ans à des fins politiques, pour répondre aux appels du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun.

Au lendemain des marches pacifiques initiées par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et ses alliés, et qui ont connu également une adhésion des populations dans la ville de Bafang (Ouest), le Préfet du Haut-Nkam (Ouest), Luc Ndongo, est monté au créneau. 

Dans une lettre de mise en garde adressée le mercredi 22 septembre 2020 à Pierre Kwemo, le président de l’Union des Mouvements Socialistes (UMS), l’autorité administrative accuse l’homme politique d’avoir été à la manœuvre pour inciter des «hordes de manifestants drogués pour la plupart» à suivre le mot d’ordre lancé par le parti de Maurice Kamto.

L’administrateur civil qui l’accuse également d’avoir instrumentalisé des jeunes de moins de 20 ans pour prendre part à la «marche insurrectionnelle, illégale et interdite», croit savoir que l’UMS mettait ainsi à exécution «un deal secret de sous-traitance politique locale à la solde du MRC», affirme-t-il.

Toute chose qui a contribué à l’exaspérer, et il a tenu à adresser un avertissement à Pierre Kwemo. «C’est le lieu pour moi de vous exprimer mon indignation, mon mécontentement et une formelle et sévère mise en garde face à ces élans velléitaires de déstabilisation de notre cher et beau pays, et de la menace de ruiner tous les acquis socio-économiques et les avancées démocratiques engrangées par la Cameroun sous la houlette de notre grand et sage président Paul Biya», écrit Luc Mvondo, en promettant de sévir prochainement conformément à la loi et la réglementation en vigueur, si les militants de l’UMS récidivent.

Il faut rappeler que dans un communiqué rendu public le 18 septembre 2020, Pierre Kwemo a dénoncé la déliquescence de la situation sociopolitique du pays, en proie à des crises sécuritaires dans plusieurs régions. Selon lui, ce climat n’est pas favorable à la tenue sereine de l’élection des conseillers régionaux le 6 décembre 2020. Il demande par ailleurs le report du scrutin.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique