Cameroun - Bertoua: Un pasteur nigérian accusé de séquestrer deux jeunes filles depuis deux ans interpellé

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Oct-2019 - 17h16   4554                      
5
Séance de délivrance dans une église Archives
Le Pasteur de l’église baptisée Rehobote Church soutient que les jeunes filles ont été envoûtées par leur père.

Hermine Ngo Nong 22 ans élève en classe de terminale et Mariette Ngo Nong 30 ans étudiante en Master 2 sont séquestrées depuis deux ans par le pasteur  nigérian, Collins Shé, de l’église baptisée Rehobote Church située dans la ville de Bertoua dans la région de l’Est, rapporte le quotidien Le Jour dans son édition du lundi 7 octobre 2019.

L’homme d’église a finalement  été interpellé par les forces de l’ordre. Son interpellation a eu lieu à la suite d’une altercation avec Samuel Lemba Nong, l’oncle des deux  filles. «Je l’ai invité chez moi, il est venu et je voulais m’enquérir de la situation des filles. C’est alors qu’il me confie que les filles ont été envoûtées par leur papa et que si jamais elles essayaient de le rencontrer, elles mourraient. Et qu’elles ne doivent même plus essayer de mettre les pieds dans leur village non loin d’Edéa», raconte Samuel Lemba Nong.

A la suite de cette altercation, «le pasteur est convoqué en compagnie de Julien Aboa, un «frère en Christ» et l’une des filles séquestrées pour une audition». A la vue de sa nièce, Samuel Lemba Nong est au bord des larmes. «Je n’ai pas reconnu ma fille. Elle est perdue, on lui a fait un lavage de cerveau et pour elle, sa famille est constituée de démons. Elle renie ses parents. C’est terrible de voir des filles qui ont été élevées par leurs parents sans problèmes, aux petits soins et qui, du jour au lendemain se retournent contre vous. Elles disent qu’elles ne veulent plus voir personne, sauf les frères en Christ, c’est inadmissible. Nous voulons nos enfants», lance-t-il dépité.

Quant au pasteur, il soutient qu’il veut «désenvoûter Mariette et Hermine qui sont possédées par leurs parents» et refuse de  laisser les filles rejoindre leur famille. Il affirme qu’elles seront «libres une fois que la délivrance sera terminée dans un futur très proche».

D’après des témoignages recueillis par notre confrère,  les jeunes filles «sont séquestrés dans l’église Rehobote où elles dorment à même le sol et affrontent quotidiennement toutes sortes d’intempéries y compris des sévices sexuels».

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique