Cameroun - Blanchiment d’argent: Près de 20 milliards de FCFA repérés au Cameroun en 2015   

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-Jan-2017 - 11h24   43212                      
1
Billets de banque en coupure de 10 000 FCFA Archives
L’information est contenue dans le rapport 2015 de la CONAC (Commission Nationale Anti-Corruption).

Le phénomène de blanchiment d’argent frappe le Cameroun. Le constat est fait en parcourant le rapport 2015 de la CONAC publié le 29 décembre 2016. L’étude renseigne qu’en «2015, l’Agence d’Investigation Financière (ANIF) a transmis à la justice 75 dossiers liés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme portant sur un montant estimé à 19 milliards 217 millions 313 mille 733 francs CFA», peut-on lire dans Intégration parue ce 9 janvier 2016. 

Selon notre confrère, «ces dossiers sont le fruit de l’exploitation et de l’enrichissement des dénonciations reçues des professions assujetties (banques, établissements de microfinance, experts comptables, trésor public, notaires et assureurs). Sur ces 75 dossiers, six seulement sont relatifs à l’infraction de financement de terrorisme. Cependant, le volume de flux financier correspondant est évalué à 10 milliards 93 millions 170 mille 775 francs CFA, soit 52,33% du montant global d’argent sale repéré par l’ANIF».

Cet argent pourrait servir à financer les activités terroristes de Boko Haram. Dans son rapport 2013, l’ANIF indiquait avoir effectué des investigations qui « ont permis d’établir des flux financiers de montants importants partant du Cameroun vers des individus localisés à l’étranger reconnus comme soutiens financiers à des groupes terroristes».

Et si le phénomène semble prendre de l’ampleur, c’est parce que la répression tarde à se mettre en place. Intégration indique par exemple que s’exprimant lors de la 4è session de la Commission technique du Groupe Permanent d’Action contre le Blanchiment d’Argent (GABAC), en septembre 2015, Désiré Geoffroy Mbock, secrétaire permanent dudit organisme affirmait que «aucun procès en blanchiment de capitaux et en financement du terrorisme n’a été intenté contre les auteurs de crimes économiques et de crimes de faits de financement du terrorisme, alors que des infractions sous-jacentes ont été établies». 

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique