Cameroun - BTP: Le ciment du constructeur nigérian Dangote Cement désormais disponible sur le marché

Par | Cameroon-Info.Net
- 24-Mar-2015 - 14h00   56335                      
43
Après de nombreux rebondissements qui ont failli coûter la peau au projet de construction d’une cimenterie à hauteur de 50 milliards FCFA dans la ville de Douala par le groupe nigérian Dangote du milliardaire Aliko Dangote, l’usine est enfin opérationnelle, et les premiers sacs de ciment sont désormais omniprésents dans les circuits de ravitaillement.
Dangote Cement
Photo: (c) P. D.


Après Cimenteries du Cameroun (Cimencam), entreprise du groupe français Lafarge qui a vu son monopole sur le marché du Btp camerounais cassé par l’arrivée du marocain Cimenterie de l’Afrique (Cimaf) ; c’est au tour du nigérian Dangote Cement installé à Bonaberi sur une grande partie du site autrefois dédié au festival culturel Ngondo, de déverser sur le marché local ses sacs de ciment commercialisés sous la marque éponyme Dangote Cement, avec une capacité de production prévisionnelle annoncée de l’ordre de 1,5 million de tonnes par an.

Le Cameroun compte donc désormais trois opérateurs dans l’industrie du ciment, en attendant la fin de la construction de la quatrième usine du côté de Limbé dans le Sud-Ouest du pays, voire de la cinquième usine du côté de Nomayos par Yaoundé dans la Région du Centre. Ce projet étant en fait la troisième usine Cimencam après Douala et Figuil par Garoua.

Si le problème de pénuries réel ou créée du fait de la spéculation de certains acteurs véreux du secteur du ciment pourraient ne plus se poser avec acuité d’ici quelques mois, un an tout au plus si l’usine de Limbé voyait le jour dans les délais, celle de Nomayos ayant été laissée à l’abandon depuis plus d’un an par Cimencam qui a pourtant acquis et entamé la viabilisation du site, il est certain que les prix du sac de ciment sur le marché tel que homologué par le Ministère du commerce (Mincommerce) continueront à se vendre à 4 960 FCFA dans les sept région du grand Sud et 5 000 FCFA dans le septentrion. Mais ces prix sont en réalité théoriques, dans la mesure où sur le terrain les grossistes n’hésitent pas à faire endosser au client final les charges divers liées au transport, à la manutention voire au « gombo » distribué entre Douala et leurs entrepôts.

Patrick Dongo

Auteur:
 
 @
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique