Cameroun - Budget de l’État: 12 projets sur la table des experts du Comité technique interministériel de maturation des projets

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Aug-2021 - 14h38   4129                      
2
Comité interministériel de maturation des projets archives
Ils se sont réunis à Yaoundé le 30 juillet dernier.

La deuxième session du Comité technique interministériel d’experts chargés de l’examen des dossiers de maturité s’est tenue à Yaoundé le 30 juillet 2021. Ces travaux présidés par le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT), Paul Tasong, avaient pour but d’étudier la maturité de douze projets soumis par des maîtres d’ouvrage.

D’après le quotidien Cameroon Tribune en kiosque ce 2 aout 2021, il s’agit entre autres: «du projet de construction d’une nouvelle usine d’huile de palme et d’hévéa à la CDC, de l’aménagement et la valorisation des investissements de la vallée de la Bénoué, de l’appui au renforcement de la gestion des finances publiques, de l’extension du programme d’appui à la réforme de l’éducation au Cameroun, de l’aménagement de 15 280 hectares de périmètres fourragers dans la région de l’Adamaoua, de la réhabilitation de la station d’adduction d’eau potable de Japoma, du projet d’appui au développement des compétences du secondaire pour la croissance et l’emplois».

Cette démarche s’appuie sur la stratégie nationale de développement 20-30. Celle-ci ambitionne de renforcer le niveau de l’investissement public à l’horizon 2030, pour le situer à 40% des dépenses totales de l’Etat. Elle met aussi l’accent sur le nécessaire renforcement de la qualité des projets.

Pour paul Tasong, «les résultats des travaux d’évaluation conduits il y a quelques années sur l’investissement public, ont mis en exergue des insuffisances dans la préparation des projets. Ces insuffisances ont conduit à l’abandon de nombreux projets, des retraits observés dans l’exécution des projets ou encore des malfaçons… Autre frein à la maturité des projets, l’absence d’une démarche cohérente d’évaluation de la qualité des projets, avant leur inscription dans le budget de l’Etat», peut-on lire.
C’est ainsi que pour faire face à ces insuffisances, «le gouvernement avait engagé un train de réformes visant à assurer la maturité complète des projets avant leur inscription dans le budget de l’Etat, afin de permettre leur bonne exécution au bénéfice des populations».

Lors des travaux du 30 juillet dernier, «le comité qui est l’instance ultime de ce dispositif avait donc pour chacun des douze projets, la charge d’évaluer le processus de maturation, apprécier leur niveau de préparation et examiner la mise en œuvre de la nouvelle démarche», conclut le journal.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique