Cameroun - CAN 2016 et 2019: Le Ministère des Transports ne veut pas de vieux taxis et des chauffeurs mal habillés

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
Yaoundé - 08-Jun-2016 - 13h55   54310                      
1
Par ailleurs il ne veut pas non plus des chauffeurs de taxi mal habillés.
Les taxis de la ville de Yaoundé rappelés à l'ordre
Photo: (c) Archives

Un communiqué datant du 19 mai 2016, et rendu public, a été adressé aux propriétaires et conducteurs de taxis en circulation dans la ville de Yaoundé. Signé par Josué Meyoua Me Mah, le Délégué régional du Ministère des Transports pour la Région du Centre, il prescrit «la réhabilitation des carrosseries défectueuses, l’adoption d’une couleur unique «jaune» sans fantaisie, l’amélioration du confort intérieur des taxis, la numérotation des portières avant de chaque taxi sur fond rond visible à distance, l’immatriculation de l’état de propreté et de la tenue vestimentaire des conducteurs».

Ces prescriptions doivent être observées par les personnes concernées «sous peine de sanctions disciplinaires prévues par la réglementation en vigueur», lit-on. Par ailleurs, «un délai de deux mois leur est accordé pour se conformer». Selon le quotidien Mutations du 8 juin 2016 qui rapporte l’information, le «17 juillet 2016 sera jour d’évaluation, avant que les mesures de répression ne prennent effet».

Le Délégué régional du Ministère des Transports pour la Région du Centre indique qu’actuellement, 90% des taxis de Yaoundé sont «dans un état de délabrement». «Comme mesure de répression après l’intensification du dialogue que nous entretenons depuis la diffusion du communiqué, il y’a le retrait de la licence, le retrait de la carte grise et la mise en fourrière», écrit-il.

De son côté, le Syndicat National des Conducteurs du Transport Urbain, Interurbain et Routier reconnaît que «l’état des véhicules est parfois déplorable et est donc à critiquer». Mais, pour Augustin Ngangoua, le Président de ce syndicat de transporteurs, «la sortie du Délégué régional du Centre est ratée. Les mesures prises arrivent comme si les deux CAN qui se profilent à l’horizon viennent d’être connues».

Quoi qu’il en soit, le Cameroun, qui abrite très bientôt ces deux rendez-vous africains du football, s’inscrit désormais dans la logique de polissage de son image. Cependant, côté organisation proprement dite, rien n’est encore visible sur le terrain. Rien ne présage de la tenue prochaine des CAN 2017 et 2019 au Cameroun.

Onana N. Aaron

 

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique