Cameroun - Changement à la tête d’ENEO: Voici les raisons qui ont poussé Joël Nana Kontchou à démissionner de son poste de directeur général d’ENEO

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-Nov-2019 - 16h50   14267                      
10
Joël Nana Kontchou ENEO
Les atermoiements et les manquements du gouvernement seraient à l’origine du départ du manager.

Le camerounais Joël Nana Kontchou n’est plus le directeur général de la société de distribution de l’énergie électrique au Cameroun, ENEO. Il a été remplacé ce 28 novembre 2019 par le français Éric Mansuy lors d’un conseil d’administration de la société.

Dans son édition du 29 novembre 2019, le quotidien Le Jour révèle que dans les couloirs de l’entreprise à Douala, «il se murmurait déjà que le patron perdait en sérénité face aux multiples obstacles rencontrés dans l’exercice de ses fonctions».

Un cadre d’ENEO dont l’identité n’a pas été dévoilé et qui s’était confié au journal en début d’année, affirmait que «par moment le DG a l’impression qu’on fait tout pour l’empêcher de réussir, c’est épuisant d’être tout le temps en négociation à Yaoundé».

«Difficile de dire aujourd’hui si des personnes influentes ont expressément savonner la planche à Nana Kontchou. Toujours est-il que des faits irréfutables l’ont carrément empêché de mener à bien sa mission», peut-on lire. 

Pour le journal, l’une des raisons qui ont poussé Joël Nana Kontchou à quitter ses fonctions, c’est la lenteur observée dans le renouvèlement de la concession d’ENEO par le gouvernement camerounais.  Ce renouvellement, indique une source du journal «était pourtant capital pour permettre de lever des fonds substantiels et financer l’ambitieux plan de développement de la compagnie».

L’autre pesanteur, ajoute notre confrère  est purement financière. «ENEO est aujourd’hui une société en grande difficulté du fait surtout de créances énormes accumulées et dont une bonne part vient de l’Etat».

«On a beau dégager un chiffre net de 11 milliards de FCFA, l’entreprise reste en proie à de nombreux problèmes; plusieurs entreprises refusent de payer, l’Etat nous doit beaucoup d’argent», confie la source du journal.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique