Cameroun - Climat socio-politique: La Brigade Anti-sardinards nie toute implication dans la campagne d’affichage contre le Cameroun orchestrée récemment en France

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jan-2021 - 07h42   11402                      
13
Logo Brigade anti sardinards facebook
Pour ce groupe d’opposants hostiles au régime de Paul Biya, ce serait des actes isolés perpétrés par un autre groupe d’activistes politiques.

La pandémie de coronavirus qui a contraint la grande majorité des pays européens à observer un confinement strict pour enrayer la propagation de la maladie a également phagocyté les actions des activistes politiques camerounais installés en occident. Coincés dans leurs domiciles, les réseaux sociaux sont devenus pour certains l’unique moyen de protestation. Toutefois, l’assouplissement des mesures contre le Covid-19 dans certains pays occidentaux, notamment la France a redonné de l’allant à certains d’entre eux. Depuis pratiquement un mois, des opposants au régime de Paul Biya résidant en France, plus précisément à Paris dans la capitale française, ont entrepris d’organiser une campagne de dénigrement du Cameroun et de son président. Cette dernière se décline sous la forme d’une opération de propagande visant à dépeindre l’homme qui préside aux destinées des camerounais depuis près de 40 ans, comme un dictateur sanguinaire et génocidaire, assoiffé de pouvoir.

C’est ainsi que des montages photos, où l’on peut apercevoir les visages maculés de sang de Paul Biya et de son épouse, placés à côté de cadavres de militaires et de civils et accompagnés de slogans tels que «Paul Biya assassin !» ont été placardés dans certaines artères de Paris et sa banlieue. Ces agissements ont provoqué l’ire du gouvernement camerounais qui a réagi par le biais de son représentant diplomatique en France, l’ambassadeur André-Magnus Ekoumou. Citant implicitement des activistes de la Brigade Anti-Sardinards, réputés proches du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, le diplomate camerounais a déploré de telles actions qui selon lui, «ternisse l’image de marque du Cameroun». Cependant, Interrogé par nos confrères de Jeune Afrique, Stéphane Tchombou, un activiste politique proche de la Brigade anti-sardinards, a nié toute implication de ce groupuscule d’activistes dans cette campagne de sabotage. Pour ce dernier, il s’agit d’un mode opératoire orchestré par d’autres groupes d’opposants résidant en occident.

«Aucun groupe d’activistes connu n’a revendiqué cette opération, remarquée à la fois dans l’Hexagone et au sein du pouvoir camerounais. [Ce n’est pas une œuvre de la Brigade anti-sardinards (BAS)], se défend Stéphane Tchombou, un activiste politique proche de ce principal mouvement d’opposition de la diaspora. Selon lui, il s’agirait plutôt de l’action d’un des nombreux groupes d’activistes qui essaiment désormais dans toute l’Europe et dont la plupart ont choisi d’œuvrer dans l’anonymat afin d’éviter des ennuis judiciaires. Des hommes et femmes qui n’appartiennent officiellement à aucun parti politique, et qui prétendent défendre l’instauration au Cameroun d’un État de droit», lit-on dans les colonnes du magazine panafricain.

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique