Cameroun - Combat politique: Selon le magazine Jeune Afrique, le RDPC a mis sur pied une brigade cybernétique pour contrer les offensives des opposants

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Jun-2020 - 13h49   12377                      
116
Paul Biya à un meeting du RDPC à Maroua archives
Cette brigade secrète est composée  d’étudiants au chômage.

Le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), la formation politique du président de la République, se déploie secrètement dans les réseaux sociaux. Le parti au pouvoir a mis sur pied une brigade cybernétique secrète, composée de jeunes étudiants au chômage qui sillonnent les différentes plateformes numériques interactives pour essayer de contrer l’influence des opposants au régime presque quarantenaire de Paul Biya.

À en croire Jeune Afrique «ces étudiants scrutent minutieusement les réseaux sociaux, à la quête des publications à caractère politique. Ils ont plus d’un compte sur la toile avec de faux profils. Leur matériel de travail est composé d’un smartphone, d’un ordinateur et des secrets, offerts par les responsables du RDPC. Certains sont recrutés par des membres du Comité Central du parti au pouvoir».

Pour jouer aux petits espions d’internet, ces jeunes perçoivent mensuellement la somme de 50.000 FCFA et se rencontrent tous les 3 mois à Yaoundé. Pourtant, précisent nos confrères, «cette brigade n’est répertoriée dans aucun document du RDPC. Elle n’a non plus été baptisée. Elle n’a pas de nom en d’autres termes. Elle opère dans la plus grande discrétion. Seule indication donnée par une source interne : elle est placée sous la tutelle d’un «coordinateur des médias cybernétiques». Bien que ce poste n’apparaisse nulle part dans l’organigramme du RDPC, il est pour l’heure occupé par Laurent-Charles Boyomo-Assala, un universitaire de renom proche du ministre d’État et responsable de la communication du parti, Jacques Fame Ndongo».

À en croire le magazine fondé par Bechir Ben Yahmed, le projet d’une brigade cybernétique secrète a germé dans l’esprit des cadres du RDPC après les évènements survenus à Genève en Suisse l’année dernière. Des manifestants anti-Biya provenant de plusieurs pays du continent européen, avaient convergé vers le territoire helvétique pour tenter de déloger Paul Biya et son épouse de l’hôtel Intercontinental de Genève où ils étaient descendus pour un énième court séjour privé. Une mobilisation dont la logistique avait été planifiée sur les réseaux sociaux.

«Longtemps minimisé par Yaoundé, l’impact de l’activisme anti-Biya sur les réseaux sociaux a été définitivement confirmé à l’occasion de la mobilisation organisée en juillet 2019 par les Camerounais de la diaspora devant l’hôtel intercontinental de Genève, où séjournait le chef de l’État camerounais. Menée pendant tout le séjour de Paul Biya en Suisse, une série de manifestations protestant contre ses voyages, jugés onéreux, l’avaient contraint à rentrer au Cameroun. Un affront pour Yaoundé, qui a décidé de riposter: fin août 2019, la brigade cybernétique du parti au pouvoir voyait le jour».

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique