Cameroun - Commémoration: Ce 30 mai 2020 marque le troisième anniversaire de la disparition de Mgr Jean-Marie Benoît Bala, ancien évêque de Bafia (Centre)

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-May-2020 - 09h52   1083                      
1
Mgr Jean Marie Benoît Bala Archives
Le véhicule du prélat avait été retrouvé sur le pont de la Sanaga à Ebebda le 30 mai 2017. A l’intérieur du véhicule, un papier sur lequel il était écrit: «je suis dans l’eau» avait également été retrouvé.

C’était le 30 mai 2017, le véhicule de Mgr Jean-Marie Benoît Bala (évêque de Bafia à l’époque des faits), de couleur blanche Toyota Prado, avait été retrouvé abandonné sur le pont de la Sanaga à Ebebda dans la région du Centre. A l’intérieur du véhicule, un papier sur lequel il était écrit: «je suis dans l’eau» ainsi que ses pièces personnelles.

«La nouvelle de la  disparition mystérieuse de l’évêque créait, ce fameux 30 mai 2017, une indignation totale au sein de l’Eglise catholique qui était montée au créneau pour exiger une enquête indépendante qui devait aboutir à la manifestation de la vérité», relate le quotidien Le Jour dans son édition du 29 mai 2020.

Trois jours après sa disparition, le corps de l’évêque avait été retrouvé, le 2 juin 2017, dans les eaux de la Sanaga par un pécheur malien. «Cette découverte macabre intervenait après de nombreuses recherches de la dépouille par les éléments de la marine, ceux des sapeurs-pompiers et des populations riveraines, déployés sur les berges de la Sanaga», précise notre confrère.

Ce 30 mai 2020 marque donc le troisième anniversaire de la disparition de Mgr Jean-Marie Benoît Bala. Trois ans après ce tragique événement, les différentes enquêtes judiciaires ouvertes n’ont  rien donné. Plusieurs mois après son décès, un communiqué du parquet avait conclu que: «la noyade était la cause la plus probable de la mort de l’évêque».

Une conclusion rejetée par Mgr Samuel Kleda, président de la Conférence Episcopale Nationale. «Pour ce dernier, l’évêque de Bafia avait simplement été assassiné. L’église catholique avait déposé une plainte pour assassinat contre inconnu et s’était constituée partie civile. Sauf qu’aucune suite n’a été donnée à cette plainte», peut-on lire.

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique