Cameroun - Concertation: La délégation régionale des Arts et de la Culture du Littoral explique la loi sur les Associations Artistiques et Culturelles au cours d’un atelier d’appropriation à Douala

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Aug-2020 - 15h04   800                      
0
Artistes archives
Cet atelier s’est tenu le 7 août 2020, sous la houlette du Dr François Edimo.

Lors de la session de juin 2020, l’Assemblée Nationale a voté la loi n° 2020/011 du 20 juillet 2020, régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun. Cause de multiples contestations dans le milieu des associations artistiques et culturelles, cette loi était au centre de l’atelier d’appropriation qui a eu lieu à Douala le 7 août 2020. L’atelier était une initiative de la délégation régionale des Arts et de la Culture du Littoral, sous la houlette du Dr François Edimo.

Il était question pour cet atelier, d’éclairer les artistes et hommes de culture qui ont fait le déplacement sur: «tous les avantages qu’ils ont à tirer de la nouvelle loi», rapporte le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune en kiosque ce 11 août 2020.

Pendant cet atelier, des échanges courtois et francs ont suivi trois exposés dont: «‘’Le chemin vers les fédérations artistiques et culturelles’’; ‘’De l’autorisation et de l’agrément des associations artistiques et culturelles’’; et ‘’Le fonctionnement des associations artistiques et culturelles’’, présentés respectivement par Sabine Bowong, Tagne Alimatou et Rodrigue Onguéné», peut-on lire.

Pour François Edimo, cette loi «vise à encadrer le fonctionnement des associations artistiques et culturelles qui sont investies des missions de promotion de l’esprit de créativité de ses membres, de diffusion et de pérennisation de notre patrimoine culturel et artistique», peut-on lire.

«Il est désormais question pour les hommes de culture d’opérer une mutation en rompant avec les initiatives individualistes pour des entreprises et associations collectives solidaires, socle de véritables industries artistiques et culturelles camerounaises. Avec en prime, une liberté de gestion leur donnant l’opportunité de nouer des partenariats à l’international et designer des contrats de sponsoring. Ce qui n'a pas souvent été le cas par le passé», poursuit-il.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique