Cameroun – Condamnation d’Ayuk Tabe et de ses partisans/Joshua Osih (Premier vice-président national du SDF): «Cette condamnation est une faute politique de Yaoundé, dans le contexte actuel de crise, qui nécessite un dialogue national inclusif dans les plus brefs délais»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Aug-2019 - 11h50   4082                      
11
Joshua Osih archives
Le député SDF pense que cette sentence va porter un sérieux coup à la dynamique de résolution de la crise anglophone par le dialogue

Ce mardi 20 aout 2019, le Tribunal militaire de Yaoundé a eu la main lourde envers Ayuk Sisuku Tabe et ses 9 coaccusés. Le président autoproclamé de la république fantoche d’ambazonie et ses 9 comparses (Nfor Ngala Nfor, Tassang Wilfried Fombang, Henry Kimeng, Cornelius Njikimbi Kwanga, Fidelis Che, Che Augustine Awasum, Egbe Ogork, Eyambe Elias, et Shufai Blaise Sevidzem) ont été reconnus coupables des 10 chefs d’accusation qui pesaient contre eux (sécession, apologie d’actes de terrorisme, complicité d’actes de terrorisme, financement d’actes de terrorisme, hostilité contre la Patrie, défaut de carte d’identité, propagation de fausses nouvelles, révolution, insurrection, atteinte à la sureté extérieure et intérieure de l’Etat). Le juge Jacques Baudoin Misse a décidé d’une condamnation à vie pour Ayuk et ses compagnons, assortie d’une amende de 250 milliards de FCFA pour préjudice causé.

Depuis le prononcement de cette sentence, plusieurs formations politiques ont manifesté publiquement leur désaccord envers cette dernière, estimant qu’elle pourrait porter un sérieux coup à la dynamique de résolution de la crise anglophone, par le dialogue. Le Social Democratic Front (SDF) est de celles-là. Ce mercredi 21 aout 2019, dans une déclaration officielle, Josuah Osih le premier vice-président du parti à la balance a non seulement dénoncé le déroulement du procès, mais également la sentence qui en a resulté. «Ce procès auquel le SDF a pris part à travers la présence constante des avocats du parti commis pour la défense des prévenus incarcérés dans le cadre de la crise anglophone, a été de bout en bout un simulacre. Ce procès a une fois de plus exposé à la face de l’opinion nationale et internationale la discrimination dont nos compatriotes anglophones font ‘objet depuis des décennies dans notre pays. Toutes les explications du monde ne sauraient justifier qu’un procès dont la pierre angulaire est la crise anglophone puisse se dérouler avec un collège de juges dont aucun ne parle anglais…» a-t-il déclaré. Et d’ajouter que «Ce procès est une grosse farce qui est de nature qui est de nature à ne pas ramener dans les plus brefs délais, la paix dans les deux régions anglophones qui enregistrent déjà un bilan catastrophique. Les mouvements sécessionnistes sont le plus souvent des hydres de mer. On ne les combat pas efficacement en bâillonnant ou en décapitant ses leaders. Cette condamnation est une faute politique de Yaoundé, dans le contexte actuel de crise, qui nécessite un dialogue national inclusif dans les plus brefs délais…»

Ci-dessous l’intégralité de la déclaration du SDF

 Réaction du SDF à propos de la condamnation de Sisiku Ayuk Tabe et autres.

Le Cameroun a ratifié des conventions internationales ne permettant pas à un tribunal militaire de juger des civils. Ce procès - auquel le SDF a pris part à travers la présence constante des avocats du parti commis pour la défense des prévenus incarcérés dans le cadre de la crise anglophone - a été de bout en bout un simulacre. Ce procès a une fois de plus exposé à la face de l'opinion nationale et internationale la discrimination dont nos compatriotes anglophones font l'objet depuis des décennies dans notre pays. Toutes les explications du monde ne sauraient justifier qu'un procès dont la pierre angulaire est le problème anglophone, puisse se dérouler avec un collège de juges dont aucun ne parle l'anglais. Meme la prestation des traducteurs requis pour palier à ce grave manquement dans un pays pourtant bilingue était très loin en-deçà des attentes au point où le changement s'opérait à chaque audience.
Le SDF est formel sur ce que ce procès etait un simulacre de justice. Le SDF réitère qu'il ne soutient pas la sécession qui est par ailleurs à proscrire tout en précisant que ce n'est pour autant pas que cette position puisse justifier que les prévenus n'aient pas eu droit à un procès convenable selon les directives prescrites et édictées dans les conventions internationales dont le Cameroun est signataire.
Ce procès est une grosse farce qui est de nature à ne pas ramener dans les plus brefs délais la paix dans les deux régions anglophones qui enregistre déjà un bilan catastrophique. Les mouvements sécessionnistes sont le plus souvent des hydres de mer. On ne les combat pas efficacement en bâillonnant ou en décapitant ses leaders. Cette condamnation est une faute politique de Yaoundé dans le contexte actuel de crise qui nécessite un dialogue politique national inclusif dans les plus brefs délais. Avec cette condamnation, Yaoundé semble avoir résolument choisi la voie de l'extrémisme qui porte potentiellement en lui-même les germes de l'effet inverse recherché par l'immense majorité de camerounais à savoir le retour de la paix dans ces deux régions. La crise dans les deux régions anglophones est essentiellement politique. On ne résout pas une crise politique avec des agissements violents. Une crise politique nécessite des solutions politiques et non judiciaires ou militaires.

Hon. Joshua N. Osih
Premier vice-président national du SDF

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique