Cameroun - Condamnation des leaders séparatistes: Le ministre Grégoire Owona critique les commentaires du Cardinal Tumi, Joshua Osih et Jean Jacques Ekindi

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Aug-2019 - 06h45   8214                      
15
Grégoire Owona capture d'écran
Il a publié un message dans ce sens sur sa page Facebook ce 23 août 2019.

La condamnation de 10 leaders séparatistes à la prison à vie par le Tribunal Militaire de Yaoundé suscite une vive polémique au Cameroun.  

Si le gouvernement a pris acte d’une décision rendue par «la justice de la République, souveraine et indépendante», la classe politique de l’opposition et la société civile elles, ont dénoncé un verdict qui va porter un coup aux efforts de paix dans les régions anglophones.

Dans un message publié ce 23 août 2019 sur sa page Facebook, Grégoire Owona, ministre du Travail et de la Sécurité Sociale et secrétaire général adjoint du Comité central du RDPC, parti au pouvoir, prend le contre-pied du Cardinal Christian Tumi, et des opposants Joshua Osih et Jean Jacques Ekindi.

«J’ai noté avec une grande déception votre analyse du verdict de la Justice relatif au procès de ceux qui ont pris les armes contre le Cameroun, notre Patrie, et qui nous font compter déjà de nombreux morts, de nombreux déplacés, des hôpitaux brulés, des écoles incendiés…. etc. …… avez-vous pensé à toutes ces familles en détresse? Avez-vous pensé à ce Cameroun qu’on veut partitionner? Avez-vous pensé à notre économie et à tous ces travailleurs dont les entreprises sont fermées et qui ont été licenciés? Que dites-vous à tous ceux qui ont connu le deuil, qui ont vécu les pires atrocités?», interroge le membre du gouvernement.

Pour lui, «la justice a fait son travail, rien que son travail». Il reconnait aussi que des voies de recours existent. «Le pardon existe certes mais on doit le demander. Le Chef de l’Etat ne l’a-t-il pas conseillé à ses compatriotes d’une façon générale? Mais peut-on demander de tout oublier à ce stade? Ou de libérer avec tant de preuves réunies? Après tant de violences?», demande encore Grégoire Owona.

Voici l’intégralité de son message:

A MM. Jean Jacques EKINDI, Joshua OSIH et à Son Eminence le Cardinal Christian TUMI

J’ai noté avec une grande déception votre analyse du verdict de la Justice relatif au procès de ceux qui ont pris les armes contre le Cameroun, notre Patrie, et qui nous font compter déjà de nombreux morts, de nombreux déplacés, des hôpitaux brulés, des écoles incendiés…. etc. …… avez-vous pensé à toutes ces familles en détresse? Avez-vous pensé à ce Cameroun qu’on veut partitionner? Avez-vous pensé à notre économie et à tous ces travailleurs dont les entreprises sont fermées et qui ont été licenciés? Que dites-vous à tous ceux qui ont connu le deuil, qui ont vécu les pires atrocités?

La justice à mon humble avis a fait son travail, rien que son travail. Pourtant les voies de recours sont ouvertes et nombreuses. Le pardon existe certes mais on doit le demander. Le Chef de l’Etat ne l’a-t-il pas conseillé à ses compatriotes d’une façon générale? Mais peut-on demander de tout oublier à ce stade? Ou de libérer avec tant de preuves réunies? Après tant de violences ?

Dans les positions de leaders politique ou religieux que vous occupez, comment n’arrivez-vous pas à prendre le recul nécessaire et éviter de parler de façon excessive et violente de «verdict ridicule», de «simulacre de justice», de «grosse farce», … et autres excès pour embraser davantage! Nous avons besoin de douceur, de calme et de sérénité pour construire la paix et entrer définitivement dans ce dialogue que nous implorons tous, avec une rentrée des classes sereine en septembre pour la jeunesse de notre pays et la paix des cœurs pour tous!

Grégoire OWONA

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique