Cameroun – Contentieux préélectoral/Hervé Emmanuel Nkom : « J’ai été sacrifié, je suis l’agneau de Dieu ».

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Dec-2019 - 13h09   19207                      
113
Herve Emmanuel Nkom A Douala après sa décoration le 20 mai 2019 Facebook
Disqualifié des élections législatives 2020 par le Conseil constitutionnel en raison de sa nationalité française, Hervé Emmanuel Nkom, a déclaré dans sa réaction qu’il est victime d’une injustice.

 

Il rêvait devenir député de la circonscription du Wouri-Est dans le Littoral, sa région natale. Son rêve était en bonne voie de réalisation quand le comité électoral d’Elections Cameroon a validé sa candidature. Mais, tout s’est écroulé comme un vulgaire château de cartes dans la soirée d’hier jeudi 19 décembre 2019 quand, statuant sur un recours du SDF, Parti d’opposition, le Conseil constitutionnel a déclaré Hervé Emmanuel Nkom inéligible en raison de sa double nationalité. En réaction ce vendredi dans la Matinale d’ABK, une radio urbaine dans la ville de Douala, le très bouillant militant du parti au pouvoir, accepte à contre cœurs le verdict de la haute juridiction.

«Ce n’est pas la fin du Monde. Je respecte la décision sans recours du Conseil constitutionnel. C’est injuste mais j’accepte. On en est là : ce n’est pas moi qui ai une tête de bi-national...Je suis Camerounais »

Dans la foulée, il a déclaré qu’il est un sacrifié. « Le conseil constitutionnel, ce n’est pas la Cour suprême hein, le Conseil constitutionnel est une instance politique. Il juge des opportunités politiques. Il peut se dire « j’ai besoin que le SDF passe absolument en compétition, je vais sacrifier un des hommes visibles ». On n’a pas sacrifié un anonyme, moi, je ne suis pas un no-name. Donc, je suis l’agneau de Dieu ».

Relancé sur son avenir dans les prochaines élections législatives, Hervé Emmanuel Nkom, fait savoir qu’il ne baissera pas les bras. « J’irai sur le terrain de la campagne et mes adversaires sur le terrain, l’honorable Nintcheu, n’auront qu’à bien se tenir. Il sera battu. Au nom de la Politique politicienne »

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique