Cameroun - Coopération: La Banque Mondiale accorde une nouvelle aide de 77 milliards de FCFA en faveur des réfugiés

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Nov-2019 - 16h57   6140                      
1
banque mondiale archives
L’annonce de ce financement additionnel a été faite le 19 novembre 2019 à Yaoundé. C’était au cours d’une cérémonie conjointement présidée par le ministre de l’Economie, Alamine Ousmane Mey et le directeur des Opérations de la Banque Mondiale au Cameroun, Abdoulaye Sek.

La cérémonie de lancement officiel des quatre projets bénéficiaires du guichet réfugiés IDA 18 dans le cadre de l’approche intégrée, réfugiés et communautés hôtes a eu lieu le 19 novembre 2019. La cérémonie était présidée par le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire,  Alamine Ousmane Mey en présence du directeur des Opérations de la Banque Mondiale (BM) au Cameroun, Abdoulaye Sek ainsi que des coordonnateurs des quatre projets(le Programme national de développement participatif, le Programme de renforcement des performances du système de santé le Projet Filets sociaux et le Projet d’appui à la réforme du secteur de l’éducation au Cameroun).

«Grâce à ce financement additionnel d’un montant total de 130 millions de dollars (environ 77 milliards de F), issu du guichet de réfugiés IDA18, ces projets, déjà opérationnels au Cameroun, vont élargir leurs populations cibles aux réfugiés. Une aubaine quand on sait que le Cameroun en accueille environ 230 000», précise le quotidien bilingue national, Cameroon Tribune, dans son édition du 21 novembre 2019.

Selon Abdoulaye Sek, «il est question de financer la mise en œuvre de la lettre de Politique de développement du Cameroun dont l’objectif est d’améliorer, tant pour les réfugiés que pour les communautés hôtes, l’accès aux services sociaux de base (santé, éducation, approvisionnement en eau potable). Il s’agira aussi de construire plusieurs espaces commerciaux et d’intégrer 10 000 ménages dans le processus de transferts monétaires porté par le projet filets sociaux».

Pour Alamine Ousmane Mey, il s’agira de manière concrète, «à travers une approche intégrée, d’étendre le champ géographique des quatre projets en cours d’exécution. Etant entendu que l’approche intégrée consiste à intervenir dans les mêmes communautés afin de satisfaire les besoins les plus urgents des populations réfugiées tout en améliorant leur bien-être».

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique