Cameroun - Coopération militaire: La France n’envisage pas de suspendre son aide militaire en faveur du Cameroun

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Feb-2019 - 14h54   2854                      
17
Paul Biya et Emmanuel Macron (Sommet UA-EU, Abidjan, 29/11/2017) P R C
Information donnée par le porte-parole du ministère français des Affaires Etrangères, au cours d’un point de presse le 7 février 2019.

Mis sous pression par Washington, Yaoundé peut toujours compter sur le soutien de Paris. Les Etats-Unis d’Amérique viennent d’annoncer une importante réduction d’environ 9 milliards de FCFA, leur aide militaire en faveur du Cameroun.  

Ces sanctions portent notamment sur le programme de formation et de fourniture de pièces de rechange de l’avion C-130 appartenant au Cameroun; la fourniture de quatre bateaux patrouilleurs de classe Defender et de neuf véhicules blindés; l’arrêt de la possibilité pour le Cameroun de postuler pour le programme de partenariat d’Etat; l’arrêt de la livraison et de la formation pour un système radar, des pièces de rechange pour véhicules blindés et la formation pour les hélicoptères.

Des sanctions prises pour contraindre le pays de Paul Biya à ouvrir une enquête et éventuellement à sanctionner, les militaires reconnus coupables d’exactions dans la gestion de la crise anglophone. De son côté, la France assure qu’elle n’entend pas modifier les termes de sa coopération militaire avec le Cameroun. La question a été posée au porte-parole du ministère français des Affaires Etrangères au cours du point de presse quotidien du 7 février 2019.

La réponse d’Agnès Von der Mühll est sans équivoque. «La France est liée par un accord de partenariat de défense qu'elle conduit selon les normes internationales en vigueur» a d’abord indiqué la directrice de la communication et porte-parole du Quai d’Orsay avant d’ajouter: «La coopération structurelle de sécurité et de défense avec le Cameroun est axée sur la formation des cadres, avec la mise en place de coopérants conseillers au sein de l'école supérieure internationale de guerre, de l'école d'état-major et de l'école internationale des forces de sécurité de Yaoundé. Ces écoles internationales, labellisées par de nombreux Etats, reçoivent des stagiaires en provenance de plus de 25 pays du continent africain».

«Dans le respect du droit international humanitaire et du droit des conflits armés, cette coopération a également pour but d'aider les forces de défense et de sécurité camerounaises à lutter contre le terrorisme, en particulier contre Boko Haram dans le Nord du pays, tout en protégeant les populations. Cette coopération se poursuit» a-t-elle assuré.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique