Cameroun - Coronavirus: Jean Paul Tchomdou (Expert en Communication) préconise le «Street marketing» pour optimiser la lutte contre la pandémie

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-May-2020 - 13h40   1105                      
0
Jean Paul Tchomdou Capture d'écran
Le Président de l’Association Camerounaise des Professionnels du Marketing (ACPM) propose une campagne de proximité auprès des populations, et suggère également une décentralisation effective de la riposte pour tenter de juguler la flambée des statistiques au niveau local.

Les chiffres de la pandémie de Coronavirus au Cameroun sont en croissance exponentielle, et présentent au 18 mai 2020, 3529 cas testés positifs, contre 140 décès. Les efforts insuffisants des pouvoirs publics trahissent des manquements qui subsistent dans le plan de riposte, notamment au plan communicationnel. C’est le sens du plaidoyer que mène depuis quelques temps l’Expert en Communication Jean Paul Tchomdou, qui pense que le gouvernement doit changer d’orientation dans la sensibilisation des populations, lesquelles s’illustrent davantage avec désinvolture dans le respect des mesures barrières.

Pour le président de  l’Association Camerounaise des Professionnels du Marketing (ACPM), la communication à travers les medias classiques (radio, presse, TV), ou les réseaux sociaux, présente des failles que seul le «street marketing» peut résorber. «"Le parcours client" du Camerounais lambda montre qu'il passe par les bars, les marchés, etc. Il est temps d'optimiser la com’ à travers du "Street marketing". Toute communication construite sans tenir compte des habitudes de consommation "médias" (étendu au sens le plus large de supports) est vouée à l'échec. Tout commence et finit par la cible», analyse-t-il dans une production publiée sur sa page Facebook.

En clair, ce producteur TV propose aux pouvoirs publics de changer de stratégie et d’opter pour des campagnes de proximité, en déployant sur le terrain des équipes pour la sensibilisation, afin de susciter le changement de comportement auprès d’un public récalcitrant. Aussi, Jean-Paul Tchombou demande une plus forte implication des maires et de leurs adjoints, à travers des actions directement contributives au plan de riposte gouvernemental, lequel reste embrigadé par une centralité dans la gestion.

 

Texte intégral publiée par Jean Paul Tchomdou* :

En vérité, en vérité je vous le dis. La communication sur la Covid-19 ne peut-être concentrée sur les médias classiques, encore moins sur les réseaux sociaux. «Le parcours client» du Camerounais lambda montre qu'il passe par les bars, les marchés, etc. Il est temps d'optimiser la com à travers du «Street marketing». Toute communication construite sans tenir compte des habitudes de consommation « médias » (étendu au sens le plus large de supports) est vouée à l'échec. Tout commence et finit par la cible.

Envoyez sur le terrain des jeunes «brigadiers formés» et mobilisés par les agences marketing et communication, entourés au besoin des forces de l'ordre et accompagnés de véhicules sonorisés ou simplement de mégaphones. Qu'ils écument rues, marchés et supermarchés, carrefours, bars et restaurants pour accompagner le changement immédiat de comportement qui est attendu. Très souvent, il faut de nombreux rappels voire des coups de pouce (Nudge) pour que les gens changent.

Que les Maires de villes et Maires d'arrondissement nouvellement élus fassent de la lutte contre cette pandémie un challenge en prenant le pari du moins de morts possibles dans leurs municipalités. Qu'ils lancent des «challenges jamais sans mon masque» pour encourager leurs concitoyens à les porter par exemple. Que les préfets ou sous-préfets instruisent aux supermarchés, banques et autres commerces de leurs territoires, des marquages visibles de distanciation à respecter sur les sols sinon l'on est sorti des rangs ou l'espace reçoit un avertissement.

Dans tous les cas, à l'allure où vont les choses le levier Communication qui devait donner davantage de sens à la stratégie de riposte et contribuer à l'appropriation et à l'adoption des gestes barrières risque ne pas être à la hauteur des enjeux et attentes...à moins que...l'on ne décide, en renforcement des médias classiques et des réseaux sociaux, de descendre sur le terrain pour aller jouer le vrai match, celui du changement de comportements

Publiée le 18 mai 2020

(*) Facebook

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique