Cameroun – Coup de gueule: Après le rappeur Maalhox le Viber, les artistes-musiciens Lady ponce et Chantal Ayissi montent à leur tour au créneau, pour réclamer plus de considération de la part des promoteurs culturels

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Aug-2019 - 18h43   16249                      
27
Lady Ponce lors du lancement de la Sefedi 2015 Archives
C’est sur le Réseau social Facebook qu’elles ont laissé transparaitre leur indignation

Sans le vouloir, le rappeur Maalhox le Viber a provoqué une prise de conscience collective. Depuis qu’il est monté au créneau pour réclamer un meilleur traitement salarial de la part des grandes  entreprises lors des évènements culturels qu’elles organisent,  de nombreux artistes ont brisé la loi de l’omerta et l’ont rejoint dans son élan de protestation.  C’est d’Abord Chantal Ayissi qui a ouvert le bal. Sur sa page Facebook Officielle,  elle a laissé transparaitre toute sa frustration «Je vais sataniser les promoteurs camerounais qui valorisent les artiste - s étrangers et ridiculisent les artistes nationaux.Est-ce que chez eux ça se passe comme ça ?... tu ne valorises pas ton pays, qui le fera à ta place ?... Des Fossoyeurs de la culture camerounaise, ces promoteurs qui paient des millions aux étrangers et des miettes aux artistes camerounais c’est vraiment sérieux ça ? Chez eux c’est interdit ce que vous faites là. Vous les promoteurs camerounais qui minimisez les artistes de votre pays, vos agissements vous reviendront comme un boomerang» a-t-elle déclaré

Dans la foulée, la chanteuse Lady Ponce a egalement fait une sortie. Exit le glamour qui la caractérise habituellement.  Pour les besoins de la cause, la «ponceuse nationale» n’a pas pris des gants «quand allons-nous apprendre à valoriser notre culture ??? Je me rappelle encore quand les P-square lors d’un concert organisé par MTN au Cameroun ont soutenu ma position de me retirer de ce concert suite au mépris que les organisateurs témoignaient aux artistes locaux. Je cite leurs dires Si vous ne respectez pas vos artistes, personne d’autre ne le fera, nous sommes grands aujourd’hui parceque notre peuple croit en nous…ces multinationales s’enrichissent sur le dos de nos compatriotes, de grâce qu’ils œuvrent au moins un tout petit peu pour la promotion de la culture camerounaise». A l’image des artistes susmentionnés, des rappeurs comme Dareal et Killamel, sont aussi sortis du silence pour s’inscrire en faux contre les pratiques de ces multinationales qui revêtent très souvent les atours de promoteurs culturels

Pour mémoire, Lundi dernier, des artistes ont appris que lors du concert live Johnnie Music and Whisky, organisé par la célèbre marque de whisky écossais Johnnie Walker le 18 et le 20 avril à Douala et à Yaoundé, le chanteur Nigérian Tekno qui était en tête d’affiche a perçu un cachet de 64 millions de FCFA. Alors que pour le même évènement, les artistes camerounais Jovi, Ko-C et Shura qui l’accompagnaient ont respectivement perçu un cachet de 2 millions de Fcfa, 1,5 millions de Fcfa et 500.000 Fcfa. Pour dénoncer cette disparité, Maalhox a fait de nombreuses sorties sur internet qui ont attiré l’attention de ses homologues.

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique