Cameroun – Coup de gueule: Des artistes camerounais pestent contre le traitement salarial réservé aux artistes camerounais par les grandes entreprises, lors des évènements musicaux organisés par ces dernières.

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Aug-2019 - 17h32   6772                      
2
Maalhox le Viber archives
Des rappeurs comme Maalhox le Viber, s’insurgent contre le fait que des entreprises nationales et étrangères présentes sur le territoire national, offre d’énormes cachets aux artistes étrangers qui viennent prester au Cameroun et en même temps refuse de faire la même politesse aux artistes nationaux

Ce samedi 03 aout 2019, la plateforme digitale Bimstr spécialisée dans la diffusion et la promotion de la musique camerounaise s’est fait l’écho d’une information, qui en quelques minutes est devenue virale. La substance de cette dernière semblait indiquer  que lors du concert live Johnnie Music and Whisky, organisé par la célèbre marque de whisky écossais Johnnie Walker, le 18 et le 20 avril à Douala et à Yaoundé, le chanteur Nigérian Tekno qui était en tête d’affiche a perçu un cachet de 64 millions de FCFA, tandis que les artistes camerounais Jovi, Ko-C et Shura qui l’accompagnaient ont respectivement perçu un cachet de 2 millions de Fcfa, 1,5 millions de Fcfa et 500.000 Fcfa. Comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle a fait  réagir de nombreux artistes camerounais, en tête desquels le rappeur controversé Maalhox le Viber.

 L’auteur du tube à succès «Ça sort comme ça sort», a réalisé dan la foulée un direct live sur le réseau social Facebook, pour dénoncer ce traitement à deux vitesses et réclamer plus d’attention de la part des entreprises nationales et étrangères installées sur le territoire national. «C’est nous qui payons les Whiskies tous les jours, c’est nous qui achetons leurs produits tous les jours, c’est nous qui mettons les crédits tous les jours, mais quand il faut payer les gens, ça devient que nous ne sommes pas internationaux ? Quand il faut payer les gens on prend tout l’argent on donne aux étrangers hein ? C’est inadmissible qu’une multinationale donne 500.000 Fcfa à un artiste camerounais et 64 millions de FCFA à un étranger. L’argent des camerounais doit rester entre les mains des camerounais» a-t-il déclaré.

A la suite de Maalhox, le rappeur Franko a également fait une sortie  qui s’inscrivait dans la même logique que celle de son homologue. Si au départ il a minimisé ladite information estimant qu’elle était non fondée,  il a par la suite pris le soin d’identifier ce qui selon lui, conforte ces grandes entreprises dans leur attitude méprisante envers les artistes camerounais «Si tous les artistes, refusent les cachets qu’on leur donne parcequ’ils estiment qu’ils méritent mieux… les mecs en face n’auront pas d’autres choix que d’augmenter… mais ici quand tu refuses un cachet parceque tu estimes que tu ne le mérites pas… c’est un autre artiste autant connu que toi qui va l’accepter et parfois  beaucoup moins… il faut un mouvement d’ensemble pour changer les choses» pense-t-il.

Maalhox affirme cependant qu’après ses déclarations, de nombreux responsables d’entreprises l’ont appelé et lui ont promis qu’ils feront d’avantage d’efforts pour soutenir l’industrie musicale camerounaise naissante, ainsi que les artistes camerounais.

 

 

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique