Cameroun – Crise anglophone: «La crise anglophone est la plus négligée au monde parceque Paul Biya a réussi à convaincre les occidentaux de ne pas s’en mêler» (Radio Canada)  

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Aug-2019 - 15h43   6651                      
14
Emeutes a Bamenda (08/12/2016) Reuters
«La chronique Afrique» l’une des rubriques récurrentes des Journaux parlés inscrit à la programmation chez  nos confrères de Radio Canada a consacré tout un focus à actualité de la crise anglophone. Ce dernier avait d’ailleurs des allures de réquisitoire contre le régime de Paul Biya

 

Depuis quelques mois, l’urgence d’une résolution efficace de la crise anglophone qui sévit dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun depuis 3 ans, ne préoccupe plus seulement le gouvernement camerounais. La communauté internationale elle aussi, exprime à voix haute son inquiétude sur ce conflit qui oppose  des groupes de rebelles sécessionnistes  et les forces militaires républicaines. Dans ce sillage et par le biais de certaines nations, institutions et organismes internationaux, elle a formulé des recommandations, s’est proposée comme  médiatrice potentielle pour la résolution de cette crise, mais malgré toute cette pression étrangère les autorités camerounaises semblent disposer à régler ce conflit à leur manière. Malheureusement les mesures de surfaces (Plan d’urgence humanitaire, implémentation de la Common Law etc.) prises par le gouvernement, sans jamais aborder les questions de fonds (Fédéralisme, véritable décentralisation  etc.) n’ont pas produit les effets escomptés. Dans les régions anglophones, la crise ne faiblit pas.  

Pour nos confrères francophones  de Radio Canada, qui ont récemment consacré un éditorial à la crise anglophone dans l’un de leurs journaux parlés, l’attitude laxiste affichée par Paul Biya dans le processus de résolution de cette crise, est due au fait « Qu’il a réussi à convaincre les occidentaux de ne pas se mêler de la crise anglophone». A en croire ces derniers, «La crise anglophone est la plus négligée au monde, en grande partie parceque Paul Biya a réussi à convaincre les occidentaux de ne pas s’en mêler. C’est vrai que quand tu as un massacre un peu plus spectaculaire qui survient il y a des dirigeants occidentaux qui vont demander à Paul Biya de forcer un peu plus pour résoudre la crise. Mais il n’y a  vraiment pas de pressions sérieuses qui on été mises sur le président du Cameroun, principalement parceque c’est un allié des occidentaux dans la lutte contre le terrorisme» pensent nos confrères. Et d’ajouter que «La crise anglophone a dérapé parcequ’on l’a laissé déraper ; en l’ignorant, en essayant  de la mettre sous le tapis. Paul Biya dirige le pays depuis presque 40 ans, il a réussi à se maintenir au pouvoir pendant  si longtemps en balayant sous le tapis la question anglophone. Alors quand cette nouvelle crise a éclaté, il a du se dire on ne change pas une recette gagnante»

Pour mémoire, les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun sont en proie à une crise sécuritaire sans précédent depuis 3 ans. Selon des chiffres recensés par des organismes internationaux tels qu’International Crisis Group, le conflit aurait déjà fait 1850 morts et forcé plus de 530.000 personnes à fuir leurs domiciles. Des informations qui datent de mai 2019 et qui à l’époque avaient été contestées  par le gouvernement qui évoquait plutôt le nombre de 150.000 déplacés. Mais, ce qui en revanche ne peut-être contesté, c’est la tournure sanglante qu’a pris la crise depuis de nombreux mois. Dans une déclaration,  rendue publique Le 10 août 2019 à l’issue d’une réunion de son Comité National Exécutif (NEC), le Social Democratic Front (SDF), principal  parti opposition, parle même de guerre civile. 

 

 

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique