Cameroun - Crise anglophone: Le MDP, parti fondé par feu Samuel Eboua, s’oppose à toute idée de sécession

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
DOUALA - 10-Oct-2017 - 17h44   1408                      
4
Paul Alain Eboua, Président du MDP archives
Son président, Paul Alain Eboua, s’est exprimé au cours du point de presse qu’il a animé le 7 octobre 2017 à Douala

Le Mouvement pour la démocratie et le progrès (MDP) se prononce sur la crise anglophone. Le parti politique fondé voilà 25 ans par feu Samuel Eboua s’est exprimé par la voix de son dirigeant actuel Paul Alain Eboua le 7 octobre 2017. Au cours du point de presse qu’il a animé à Douala, le leader du MDP a réitéré son opposition au sécessionnisme et prou l’unité.  

Le MDP est rendu inquiet par ce qu’il appelle la « dégradation dangereuse  de la crise politique et sociale qui perdure dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ». Il se montre préoccupé par  « les manifestations violentes appelant à la partition du pays ont eu lieu dans les principales villes de ces régions ainsi que les attentats à la bombe à Bamenda et à Douala ». Pour ce parti d’opposition  ces événements sont la preuve qu’une étape supplémentaire  a été franchie dans l’escalade. Et face à la gravité de la situation, le Mouvement pour la démocratie et le progrès « condamne fermement et sans réserve ces actes de violence qui les appellent à la division du pays, qui ont eu cours pendant ces manifestations ».

Le MDP déplore les pertes en vies humaines enregistrées et adresse ses condoléances aux familles endeuillées. Il Le considère que ce qui est en jeu à travers cette crise c’est la préservation de la nation en tant qu’entité unie par delà son caractère bilingue et multiculturel. « Le MDP pense que la crise actuelle est suffisamment grave. Elle est préoccupante. Certes le pays a déjà traversé un certain nombre dd difficultés, d’épreuves, celle-là en est une autre. Nous pensons qu’il faut très rapidement renouer les fils du dialogue, que les fils et filles de ce pays se rasseyent autour d’une table  pour sortir de cette impasse. Il ne faut pas laisser pourrir la situation », propose  un Paul Alain Eboua qui pense que l’on devrait ouvrir le débat sur la forme de l’Etat.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique