Cameroun - Crise anglophone : Les chefs traditionnels convoquent les esprits pour imposer la paix

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Aug-2019 - 12h56   14034                      
98
Des chefs sawa Archives
Ils lancent une caravane à travers les dix régions du pays pour invoquer la puissance des ancêtres.

C’est la ville de Douala qui sert de lancement à cette «Caravane des autorités traditionnelles et coutumières pour la paix et le vivre-ensemble». Du 3 au 4 aout 2019, « il sera procédé sur les berges du Wouri par tous les gardiens de la tradition de la région, des rites de purification afin de conjurer le sort qui pèse sur notre pays », a expliqué Sa Majesté Alain Dissake Mouangue, point focal des chefs traditionnels du Littoral. Baptisée «Appel de Batchenga», l’initiative a été lancée le 22 juin 2019 par le Conseil panafricain des autorités traditionnelles et coutumières, à la chefferie de ladite localité située dans la région du Centre.

Elle survient à la suite d’un constat : « le Cameroun fait l’objet, depuis quelques années d’attaques terroristes, tribalisme, péril sur le vivre-ensemble…», déplore Sa Majesté Alain Dissake Mouangue. Pour ce dernier et ses pairs,  « le sang des Camerounais doit cesser de couler ». Même si l’initiative est jugée tardive pour certains, «les chefs n’ont pas vocation à trop se précipiter pour parler. Ils écoutent et interviennent en dernière position », explique le point focal des chefs du Littoral, qui précise qu’il ne s’agit pas de folklore, mais de spiritualité.  Pour ce dernier, l’action se situe au-dessus des chapelles politiques, ethniques, religieuses et autres considérations de tout ordre.

Face à la crise sociopolitique dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest qui ne cesse de se dégrader depuis trois ans, les chefs traditionnels ont donc décidé de recourir aux esprits pour pacifier le pays. « Vous pouvez vous opposer les uns aux autres sur les idées. Mais vous ne pouvez pas vous opposer à votre pays et à votre peuple qui en a assez. Revenez à la raison. Parlez-vous ? N’attirez pas sur vous le courroux de nos  ancêtres et la foudre de Dieu », préviennent-ils. Après Douala, la caravane va se poursuivre dans les dix régions du pays. Espérons que les esprits agiront pour ramener véritablement la paix.

 

Auteur:
Frédéric NONOS
 @t_b_a
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique