Cameroun - Crise anglophone: Les Etats-Unis et le Royaume-Uni condamnent les exactions commises sur les civils par des combattants séparatistes armés

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Aug-2020 - 12h08   2633                      
10
Drapeaux des États-Unis et de la Grande-Bretagne Droits réservés
Les deux pays ont réagi ce vendredi 14 août 2020, aux récentes tueries enregistrées dans ces deux régions.

Les chancelleries occidentales s’émeuvent des meurtres enregistrés depuis le début du mois d’août en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La décapitation le mercredi 11 août 2020 de la jeune dame de Muyuka (Sud-Ouest), a de nouveau fait réagir l’Ambassade des Etats-Unis à Yaoundé, qui avait déjà condamné le meurtre du travailleur humanitaire, Christopher Tanjoh, à Batibo (Nord-Ouest), par des milices séparatistes armées.

La représentation diplomatique américaine «condamne fermement les attaques horribles et insensées perpétrées contre des civils dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par des combattants séparatistes armés», et exige que «des enquêtes impartiales soient menées et que les auteurs de ces actes soient traduits en justice conformément à la législation camerounaise», lit-on dans une déclaration rendue publique ce vendredi 14 août 2020 par l’ambassade.

Communiqué de l'Ambassade des États-Unis à Yaoundé (c) CIN

Le Royaume-Uni emboîte le pas aux Etats-Unis. Le Haut-Commissariat de Grande-Bretagne à Yaoundé, a réagi dans un tweet, et se dit «profondément troublé par les violences brutales», commises contre les populations civiles dans la partie anglophone, par des séparatistes armés.

Tweet du Haut-Commissariat de Grande-Bretagne au Cameroun (c) CIN

Il se dégage, à l’aune des réactions de ces deux chancelleries, que les groupes armés séparatistes sont clairement pointés du doigt dans ces exécutions sommaires enregistrées ces dernières semaines dans les régions précitées. Quoique l’Interim Government de l’Ambazonie s’en lave les mains dans un communiqué publié le 12 août 2020 par le vice-président de l’Etat virtuel Dabney Yerima.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique