Cameroun - Crise Anglophone: Plus de 41 000 déplacés enregistrés dans la région de l’Ouest

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Jun-2019 - 15h26   2745                      
13
DEPLACES NOSO archives
L'information a été donnée par le gouverneur de la région de l’Ouest Awa Fonka Augustine. C’était au cours de la réunion de coordination administrative qu’il a tenu le 10 juin dernier à Bamendjou dans les hauts plateaux.

Le quotidien La Nouvelle Expression en kiosque ce mardi 11 juin 2019 rapporte que, la crise anglophone fait plus de 41 000 déplacés dans la région de l’Ouest. Cela à cause de sa proximité avec la région du Nord-Ouest, l’une des deux régions où sévit la crise anglophone.

«L’Ouest est l’une des régions francophones qui subissent le plus de dégâts collatéraux de la crise en cours dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Outre des kidnappings à répétition, les incendies en cascade des maisons, des écoles et autres biens matériels, enregistrés dans les localités frontalières des départements des Bamboutos, de la Menoua et du Noun, la Région a vu affluer son sol d’un nombre impressionnant de personnes à la quête d’un milieu propice pour se mouvoir en toute quiétude», relève le quotidien.

D’après le gouverneur de cette région, Awa Fonka Augustine, dans les colonnes de La Nouvelle Expression, «le nombre de déplacés présents sur son territoire de commandement depuis l’enlisement de la crise anglophone est de 41 669 personnes».

Ces déplacés sont répartis pour la plus part dans les villes de Dschang, de Bafoussam et de Foumban. Le journal dit que, en l’absence de structures étatiques mises en place pour les accueillir et les encadrer, ces déplacés séjournent plutôt dans des familles d’accueil et des structures religieuses.

Dans l’encadrement et l’accueil de ces personnes, le patron de la région de l’Ouest a tenu à féliciter les chefs traditionnels et les comités de vigilance, «pour le travail formidable qu’ils abattent  sous le contrôle des autorités administratives et des forces du maintien de l’ordre», peut-on lire dans le journal.

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique