Cameroun – Crise Anglophone: Plus de 855.000 enfants privés d’école par l’instabilité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest selon l’UNICEF

Par Peter KUM | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 06-Nov-2019 - 15h18   1771                      
0
Élèves dans une salle de classe au Nord Cameroun archives
Ces enfants courent un plus grand risque d’être recrutés par des groupes armés.

« Trois années de violence et d’instabilité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun ont laissé plus de 855.000 enfants non scolarisés », a souligné le Fonds des Nations unies pour l'Enfance (UNICEF) dans un rapport publié le 5 novembre 2019.

Dans un point de presse mardi, le porte-parole de l’UNICEF,  Marixie Mercado, a appelé toutes les parties engagées dans ce conflit à protéger les enfants et leur éducation. La Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore, a relevé que des milliers d’enfants au Cameroun vivent dans la peur et ont besoin de la paix pour pouvoir reprendre leurs études et recouvrer leur avenir.

 

« Sans une action urgente et sans un engagement de toutes les parties au conflit à protéger l’éducation sous toutes ses formes, l’avenir de ces enfants est en danger », a prévenue Mme Fore.

L’agence onusienne estime que lorsque que les enfants ne sont pas scolarisés, ils courent « un plus grand risque d’être recrutés par des groupes armés, de se marier, d’avoir des grossesses précoces et d’être victimes d’autres formes d’exploitation et de maltraitance ».

 

Le nombre d’écoles forcées de fermer en raison de l’insécurité accrue dans les zones touchées par le conflit a triplé entre la fin de 2017 et juin 2019. « Au cours des trois dernières années, au moins 70 écoles ont été détruites et des élèves et des enseignants ont été enlevés ». Selon les estimations de l’UNICEF, 744 institutions scolaires restent fermées ou non opérationnelles dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

« Une crainte très réelle de la violence empêche également les parents d’envoyer leurs enfants à l’école et les enseignants et le personnel de se présenter au travail », a dénoncé l’agence onusienne. 

 

En juin 2019, 1,91 million d’enfants étaient privés d’éducation en raison de la violence et de l’insécurité au sein et aux abords des écoles au Burkina Faso, au Cameroun, au Mali, au Niger, au Nigéria, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et au Tchad d’après le Fonds des Nations unies pour l'enfance.

L’UNICEF et ses partenaires appellent les Gouvernements, les forces armées, les autres parties aux conflits et la communauté internationale à prendre des mesures concertées pour faire cesser les attaques et les menaces contre les écoles, et à appuyer un apprentissage de qualité pour chaque enfant dans ces régions en conflit.

Auteur:
Peter KUM
 @mafanypet
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique