Cameroun - Crise anglophone: Samuel Eto’o Fils peut-il réussir où Rigobert Song, Carl Enow Ngachu et Sarah Etonge ont échoué ?

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Jun-2018 - 05h09   9990                      
21
Samuel Eto'o Archives
A l’analyse de la crise qui s’enlise au Sud-Ouest et au Nord-Ouest, les deux Régions anglophones du Cameroun, tout porte à croire que la mission de pacification confiée à Samuel Eto’o est programmée pour échouer.

En vacances au pays natal, l’attaquant de Konyaspor, club du championnat d’élite en Turquie, a été mardi 05 juin 2018 au ministère des enseignements secondaires à Yaoundé.

A cette occasion, il a été chargé par le ministre Nalova Lyonga Pauline d’aller convaincre les enfants qui ont déserté les salles de classe dans les Régions du Sud-Ouest et Nord-Ouest, de reprendre le chemin de l’école dès la prochaine rentrée scolaire.

« Je voudrais que tu le saches, j’aimerais que tu ailles dans la région du Sud-Ouest et du Nord-Ouest parler avec tes frères, leur demander de retourner dans les salles de classe » a indiqué la ministre Navala à son prestigieux hôte. Ce dernier, ne s’est pas fait plier pour accepter cette nouvelle mission ô combien délicate.

« Je me tiens disponible pour tout… Le Cameroun nous appartient à nous tous, on ne peut pas construire notre pays sans la paix » a réagi le meilleur footballeur camerounais de tous les temps.

En route pour la phase finale de la Coupe du monde 2018 de football en Russie, le nouvel émissaire du gouvernement de la paix dans les Régions anglophones compte s’y rendre après la grande fête du football au pays du Tsar.

Sans attendre, l’on se demande déjà si Samuel Eto’o pourra réussir où Carl Enow Ngachu,  Rigobert Song Bahanag et Sarah Etonge ont échoué ?

De par son engagement à défendre les couleurs du Cameroun quand il jouait au sein des Lions indomptables, l’équipe nationale de football, Rigobert Song a hérité d’un capital sympathie auprès de ses compatriotes du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Tout comme Carl Enow Ngachu, originaire du département de la Manyu dans la Région du Sud-ouest et ancien entraineur emblématique des Lionnes indomptables de football féminin. Ces deux grandes figures du sport camerounais avaient été embarquées dans des délégations officielles l’année dernière pour aller dire aux jeunes du Sud-Ouest et du Nord-Ouest de ne pas céder au chant des sirènes sécessionnistes. Sarah Etonge, Reine nationale des courses de Montagne et une icône de sport originaire de la Région du Sud-Ouest, avait à la demande du gouvernement fait un plaidoyer pour la paix et l’unité lors de la dernière Ascension du Mont Cameroon au stade Molyko de Buea.

Les discours des trois stars sont comme tombés dans l’oreille d’un sourd car, la majorité de jeunes ne vont plus à l’école compte tenu des menaces permanentes des sécessionnistes. Dans ce contexte d’insécurité où la situation va de mal en pis, l’on doute fort que Samuel Eto’o fils puisse convaincre ses jeunes compatriotes de la partie occidentale du Cameroun de reprendre le chemin des classes alors qu’ils ne sont pas la cause de la désertion.

« Il ne faut pas être un expert en sécurité pour comprendre que ce ne sont pas les jeunes du Sud-Ouest ou du Nord-Ouest qui refusent d’aller à l’école. Ils veuillent bien s’y rendre. Mais, l’insécurité ambiante ne leur permet pas de se rendre dans les salles de classe. C’est bien beau les discours mais sur le terrain, les terroristes brûlent les écoles, tuent les enseignants et menacent les élèves. Donc, la solution se trouve dans la résolution globale de la crise et non se limiter au niveau d’une simple causerie entre Samuel Etoo et ses jeunes fans et sympathisants » estime John Ibou, observateur averti de cette crise qui s’enlise dans les Régions anglophones depuis deux ans.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique