Cameroun – Crise sociopolitique: Le ministère de la défense répond au SDF qui exige l’exclusion de l’armée du Dialogue national annoncé par Paul Biya

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Sep-2019 - 04h15   13716                      
27
Joseph Beti Assomo avec le haut-commandement de l'armée archives
« En tant qu’armée professionnelle, respectueuse des institutions et soucieuses de préserver l’intégrité territoriale et les valeurs nationales, les forces de défense auront par conséquent beaucoup à apporter à ce dialogue » dixit le Capitaine de Frégate, Cyrille Serge Atonfack, chef division de la communication au ministère de la défense.

Depuis le 11 septembre 2019, le premier ministre, chef du gouvernement, reçoit dans ses services à l’immeuble étoile à Yaoundé, des délégations diverses pour le compte des préparatifs du « Grand dialogue national » annoncé par le président de la République pour régler la crise sociopolitique et sécuritaire au Cameroun, prioritairement dans les Régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest en proie à une guerre de sécession depuis trois ans environ.

Le premier ministre, Joseph Dion Ngute, a ouvert le bal des consultations par le Social democratic front (SDF), le parti politique leader de l’opposition. A cette occasion, la délégation du SDF, conduite par l’honorable Joshua Osih, premier vive président du parti de la balance, a remis à son hôte, ses propositions pour l’organisation du prochain « Grand dialogue national ». Entre autres, le SDF ne souhaite pas voir les forces de défense et de sécurité autour de la table parce que la grand-messe annoncée pour la fin de ce mois « est essentiellement politique » précise le parti du chairman Ni John Fru Ndi.

Du côté des hommes en tenue, on ne l’entend pas de cette oreille. « Du large éventail des parties prenantes conviées à ce moment important, voire décisive pour notre pays, vont se trouver les représentants des forces de défense et de sécurité dont l’attitude, ainsi que des actions tout au long des crises ne peuvent et ne sauraient être prises à défauts. Depuis les instants initiaux, jusqu’au point culminant de la crise, militaires, gendarmes et policiers, sont efficacement présents sur le terrain aux côtés de nos laborieuses populations, protégeant les personnes et les biens, ratissant coins et recoins, à la recherche des imposteurs quasi systématiquement radicalisés, drogués et armés parfois lourdement. Très souvent pris pour cible, certains lâchement assassinés, les personnels de nos forces de défense et de sécurité, méritent eux aussi de prendre part à la grande médication nationale pour se guérir de leurs blessures morales et psychologiques. Le chef des forces armées l’a décidé ainsi car, mieux quiconque, demeure convaincu des vertus cicatrisantes de la parole… En effet, en tant qu’armée professionnelle, respectueuse des institutions, et soucieuse de préserver l’intégrité territoriale et les valeurs nationales, les forces de défense auront par conséquent beaucoup à apporter à ce dialogue. Toute proportion gardée, et fort du statut de creuset de l’unité nationale, l’armée camerounaise sera en terrain connu pour discuter des sujets tels que l’unité, l’intégration nationale, le vivre ensemble, la paix et la sécurité, le bilinguisme, la diversité culturelle, la cohésion sociale, la reconstruction et le développement des zones de conflits, le retour des réfugiés et des personnes déplacées, le système éducatif et judiciaire, la démobilisation et réintégration des ex combattants » a expliqué, le Capitaine de Frégate, Cyrille Serge Atonfack, chef division de la communication au ministère de la défense, dans un éditorial diffusé samedi 14 septembre sur l’antenne du poste national dans le cadre de l’émission hebdomadaire « Honneur et Fidélité ».

Dans son message spécial du 10 septembre 2019, le président Paul Bya avait clairement affiché sa volonté de ne laisser personne au bord du grand dialogue national qui commence à la fin de ce mois. « Il aura donc vocation à réunir, sans exclusive, les filles et les fils de notre cher et beau pays, le Cameroun, autour de valeurs qui nous sont chères : la paix, la sécurité, la concorde nationale et le progrès… Présidé par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, ce dialogue réunira une palette diverse de personnalités : parlementaires, hommes politiques, leaders d’opinion, intellectuels, opérateurs économiques, autorités traditionnelles, autorités religieuses, membres de la diaspora, etc. Seront également invités des représentants des Forces de Défense et de Sécurité, des groupes armés et des victimes »

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique