Cameroun - Décentralisation/Paul Eric Kingue: «Réveillez-vous messieurs les maires, les préfets ne sont pas vos patrons !»

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Mar-2021 - 10h47   9352                      
15
Paul Eric Kingue capture d'écran
Le maire de Njombe-Penja a réagi au conflit de compétence qui oppose son homologue de Douala 1er, Lengue Malapa, au Préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, au sujet de la fermeture des écoles maternelles dans cette circonscription. Il appelle par ailleurs ses pairs à être solidaires pour œuvrer en faveur de l’effectivité du transfert des compétences.

La bataille épistolaire entre le maire de Douala 1er, Jean-Jacques lengue Malapa, et le Préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, au sujet de la fermeture des écoles maternelles communales dans cette circonscription en raison de la pandémie de Coronavirus, continue de susciter des gorges chaudes au sein de l’opinion. En déniant à l’élu local la compétence de prendre la décision de fermer les écoles, l’autorité administrative a remis au goût du jour l’épineuse problématique de conflit de compétences au sein des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD), en plein contexte de décentralisation.

Le maire de Njombe-Penja, Paul Eric Kingue, a réagi à cette actualité dans un message publié sur la page Facebook de sa commune. Fervant défenseur de la décentralisation et de l’autonomie des exécutifs communaux, le président du Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau (MPCN) déplore, le cas échéant, que son collègue de Douala 1er ait plié l’échine, alors que le Code général des CTD lui garantit le pouvoir de décider, dans certains cas, sans avoir à requérir l’aval d’une quelconque autorité administrative de son ressort.

«D’où vient-il que, alors que les compétences sont complètement transférées en matière d’éducation de base, qu’on en soit encore à ridiculiser un maire, au point de l’amener à se renier lui-même ?», s’interroge Paul Eric Kingue. Il en a profité pour lancer un appel à l’éveil aux maires, encore embrigadés par le pouvoir central, de lutter pour leur autonomie. «Réveillez-vous messieurs les maires, les préfets ne sont pas vos patrons», a-t-il renchéri, non sans leur rappeler qu’ils peuvent attaquer en justice un acte jugé illégal pris par un préfet ou un sous-préfet.

«Les actes du préfet, visiblement illégaux, peuvent être annulés par le tribunal administratif, et cette liberté que vous avez à faire annuler un acte du préfet, même le simple citoyen l’a. Chers collègues du RDPC, réveillez-vous ! Permettez finalement à ce pays d’être un pays de décentralisation ! Que ces gens-là cessent de nous infantiliser, nous sommes des élus», a tonné le vice-président de l’association «Communes et Villes Unies du Cameroun» (CVUC).

Aussi, Paul Eric Kingue pense que certains élus locaux, notamment ceux du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), doivent se départir de leurs habits de militants aux ordres, pour prendre la pleine mesure de leurs prérogatives.

«Il faut que la décentralisation soit respectée dans ce pays. Et pour qu’elle soit respectée, chers collègues maires, bougez-vous un tout petit peu. Je sais que vous n’avez pas de couilles, pour ceux qui sont en majorité du RDPC. Dites aux préfets que vous n’êtes pas leurs administrés. Vous êtes des chefs des exécutifs. Il y a un chef de l’exécutif national, et vous êtes des chefs des exécutifs locaux», conclut le maire de Njombe-Penja.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique