Cameroun - Décès de Gervais Mendo Ze/Henriette Ekwe (journaliste et éditorialiste): «On a fait des enquêtes et il s’est avéré que ce directeur général traitait les femmes comme du bétail sexuel»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Apr-2021 - 13h45   17129                      
18
Henriette Ekwe Archives
Elle s’exprimait ainsi le mardi 13 avril 2021, dans le cadre de la matinale de la radio privée Equinoxe.

Gervais Mendo Ze est décédé la semaine dernière. L’éminent grammairien a rendu l’âme le vendredi 9 avril 2021, des suites d’une longue maladie. Comme il est de coutume en de pareilles circonstances, de nombreux hommages lui ont été rendus par ses anciens collaborateurs, mais également par des personnes qui l’ont intimement côtoyé de son vivant. A la CRTV, le média gouvernemental qu’il a dirigé pendant 17 longues années, on lui a même consacré dès l’annonce de son décès, toute une émission spéciale. Des invités comme Charles Ndongo, l’actuel directeur général de la CRTV, sont intervenus et ont entrepris de dresser un portrait laudateur du disparu.

«Je garde une image. C’est l’image de la loyauté envers le président de la République. Ce monsieur était capable de tout pour que l’action du président de la République, Paul Biya rayonne, partout où cela était nécessaire.il lui arrivait de tenir lui-même nos mandarines, nos lampes, pour que l’image du président soit nette, pour que l’image de la première dame soit nette… je m’inspire de ce qu’il a fait en essayant de rester moi-même. Toute chose étant égale, moi je ne peux pas avoir la prétention de me comparer au professeur Mendo Ze. Je fais modestement avec idées simples, en tirant des leçons de ce qu’il a fait de bien et de ce qui a été moins bien. Ce n’est pas parce qu’on lui rend hommage qu’on va dire que tout était bien dans le meilleur des monde…Mais pour l’occasion je souhaite que nous retenions qu’il a été un homme d’une grande loyauté, un homme d’engagement, un homme de devoir», a-t-il déclaré. 

Henriette Ekwe n’a pas eu la même courtoisie que Charles Ndongo. Invitée le mardi 13 avril 2021 par la radio privée Équinoxe, dans le cadre de la matinale quotidienne, la journaliste, éditorialiste et ancienne directrice de publication de l’hebdomadaire «Bebela» a dressé un portrait contrasté de Gervais Mendo Ze. Si elle a reconnu ses talents de mélomane, elle l’a tout aussi décrit comme un prédateur sexuel.

«J’ai été membre du conseil genre de la fédération internationale des journalistes. On a fait des enquêtes et il s’est avéré que ce directeur général traitait les journalistes femmes comme du bétail sexuel. À telle enseigne que tout le monde savait. Vous pouviez être à une réunion, il appelle d’abord une journaliste il finit avec elle, il dit appelle une telle, il finit avec elle, après il dit appelle l’autre. Donc il avait un grand appétit sexuel, mais il a été minable du point de vue du respect des femmes. Et ça, en tant que féministe, je ne peux pas laisser passer ça. Je regrette qu’il soit parti, c’était un grand mélomane. Mais il a eu cette attitude avec les journalistes. Du jour au lendemain, il pouvait vous retirer de l’antenne, parce que vous n’avez pas cédé. Toutes les femmes s’alignaient, parce que le patron voulait qu’elles s’alignent», a-t-elle déclaré.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique