Cameroun - Décès de Joseph Kadji Defosso: Awa Fonka Augustine, gouverneur de la région de l’Ouest, souhaite que ses obsèques se passent dans de bonnes conditions

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Aug-2018 - 16h01   7296                      
15
Joseph Kadji Defosso Groupe Kadji
Awa Fonka Augustine ne veux pas voir «le spectacle affligeant et déshonorant que présentent souvent certaines familles après la disparition de certains grands hommes».

L’industriel Joseph Kadji Defosso a rendu l’âme dans la nuit du mercredi 22 août 2018 à Johannesburg en Afrique du Sud après une longue maladie à l’âge de 95 ans. Né vers 1923 dans la région de l’Ouest Cameroun, Joseph KADJI est issu de la grande famille DEFOSSO de Bana. Fu’a Toula KADJI DEFOSSO a attrapé très tôt le virus du commerce.

Adolescent, il a déployé son talent dans la vente de tabac et autres produits d’exportation. En Afrique sub-saharienne, il est le premier homme d’affaires africain à se lancer dans la brasserie en créant en 1972, l’Union camerounaise de Brasserie (UCB). Son empire compte également la Kadji Sports Academy (KSA), POLYPLAST, une usine de production de matières plastiques (bassines, seaux, casiers, etc.).

Mais aussi la Société des Céréales du Cameroun (SCC), minoterie basée dans la zone portuaire de Douala, une compagnie d’assurance : Assurances Générales du Cameroun ; dans l’immobilier, le KADJI SQUARE et les immeubles CAUTIS, HIBISCUS et BAOBAB viennent enrichir le patrimoine.

Au lendemain de sa mort, le gouverneur de la région de l’Ouest prévient sur un éventuel désordre lors de ses obsèques. «Mon souhait est que les choses se passent dans de bonne conditions. Dans la discipline et dans l’harmonie. Que cette discipline qui doit traduire le respect pour cet homme commence par sa propre famille», a-t-il fait savoir dans les colonnes de Le Messager du vendredi 24 août 2018.

«Nous ne voulons pas voir le spectacle affligeant et déshonorant que présentent souvent certaines familles après la disparition de certains grands hommes. Nous ne voulons pas de ces confusions qui s’installent souvent. Encore moins des scènes désolantes entre les enfants, pourtant issus d’un même père.

Awa Fonka Augustine lance un appel à la famille du défunt: «Que la famille se réunisse pour clairement dire aux responsables administratifs, sociaux, politiques et traditionnels qui donne le ton et comment les choses vont se passer. IL est question qu’on accompagne ce baobab dans de très bonnes conditions et que l’harmonie règne après lui. Il est question que l’empire Kadji continue et qu’il puisse résister».

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique