Cameroun – Dénouement : Un jeune tchadien de 11 ans enlevé à Ngaoundéré (Adamaoua), puis libéré après le paiement d’une rançon de 400.000 FCFA

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Oct-2021 - 11h41   3207                      
1
ville de Ngaoundere archives
Le rapt avait eu lieu le mercredi 13 octobre 2021, et après trois jours de captivité, il a été relaxé après arrangement. Le ravisseur revendiquait préalablement la somme de 10 millions de FCFA.

L’actualité a été marquée la semaine dernière dans la région de l’Adamaoua, par l’enlèvement du jeune Moussa Abdallah (tchadien), dont la famille est installée à Ngaoundéré depuis de nombreuses années, précisément au quartier  « champ de prière », révèle le quotidien Le Jour de ce lundi 18 octobre 2021. « Tout commence le mercredi 13 octobre 2021, au quartier Baladja 2 champ de prière. Le jeune Moussa Abdallah est enlevé devant la concession par des inconnus à bord d’une moto. Un bout de papier est remis aux enfants qui jouent devant la résidence de cette famille tchadienne vivant depuis plusieurs années dans le chef-lieu de la région de l’Adamaoua. Immédiatement, les parents du garçon alertent la division régionale de la police judiciaire de l’Adamaoua », relate le journal de Haman Mana.

Les autorités de la police ainsi saisies, se lancent à la recherche du ravisseur, avec qui elles échangent sur les options de sa libération. Le ravisseur réclame alors une rançon de 10 millions de FCFA, condition sine qua none pour libérer le jeune Moussa Abdallah. Dans la foulée, cette famille tchadienne, sans doute impatiente de l’aboutissement de la procédure entamée par les autorités policières pour sa libération, entre en négociations avec le bourreau de leur fils.

Les parties finiront par s’accorder sur un montant de 400.000 FCFA, qu’acceptera d’empocher le ravisseur pour libérer le garnement. « Nous avons déposé une somme de 400.000 Fcfa, alors qu’au début le preneur d’otage réclamait 10.000.000 Fcfa », a confié l’un des parents de l’enfant au quotidien Le Jour. Dans la journée du 16 octobre dernier, le jeune Moussa Abdallah est remis en liberté, saint et sauf. Mais les enquêtes policières se poursuivent pour traquer le ravisseur non identifié.

 

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique