Cameroun: Des coups de feu éclatent dans les locaux de l’hôtel Sawa de Douala. Le BIR y monte la garde !

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Sep-2018 - 18h27   14636                      
25
Hotel Sawa, Douala Archives
Alors que certaines sources soupçonnent une attaque sécessionniste, les forces de défense et de sécurité attribuent les coups de feu à une incompréhension entre un gendarme et des policiers en civil membres de la garde rapprochée du Maire de Buea.

Depuis 16h45 ce lundi 24 septembre 2018, les personnes et les véhicules peuvent de nouveau entrer et sortir librement de l’hôtel Sawa. Tout comme les voitures circulent de nouveau sur la route Tribunal militaire – Hôtel Pulmann – Ambassade de France.

Pendant plus de deux heures, les mouvements des personnes et des véhicules ont été interdits à ces endroits très fréquentés de Bonanjo, le quartier administratif de la ville de Douala. Et pour cause, des coups de feu ont éclaté dans les locaux de l’hôtel de Sawa aux environs de 14h ce lundi. « Je sortais de ma chambre au 4e étage en courant pour un rendez-vous d’affaires au quartier Akwa quand j’ai entendu des coups de feu. Je suis rentré me réfugier dans ma chambre. J’ai vu la panique s’emparer de tout le monde ici » témoigne un client joint au téléphone par Cameroon-info.net.

La video de la fusillade (c) Facebook

Selon nos sources, la fusillade qui a duré près de trois minutes, sans faire de victime, a subitement pris fin dans des circonstances jusqu’ici ignorées par nos sources. Toutefois, les forces de sécurité et de maintien de l’ordre qui ont quadrillé le prestigieux hôtel, ont interpellé deux personnes présumées auteurs des tirs.

Après avoir passé au peigne fin l’hôtel et ses environs sous la coordination du général de division Saly Mohamadou, commandant la deuxième région militaire interarmées et du général de brigade Toungue Elias, commandant la deuxième région de gendarmerie.

Alors que certaines sources soupçonnent une attaque sécessionniste, les forces de défense et de sécurité attribuent les coups de feu à une incompréhension entre un gendarme et des policiers en civil membres de la garde rapprochée de Patrick Ekama Esumje, Maire de Buea.

Le Maire de Buea, ville chef-lieu de la Région du Sud-Ouest, fait partie des cibles des combattants sécessionnistes qui luttent pour l’indépendance du Sud-Ouest et Nord-Ouest, les deux Régions anglophones du Cameroun.

La situation est revenue à la normale à l’hôtel Sawa et ses alentours. Les éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR) y montent la garde. Les auteurs des tirs sont gardés à vue dans les locaux du groupement de gendarmerie territorial du Littoral

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique