Cameroun - Dialogue national/Joshua Osih (député et premier vice-président du SDF): «Monsieur Biya c’est l’homme des grandes annonces et des petites réalisations. Donc, on attend de voir ce qui est contenu dans cette annonce»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Sep-2019 - 11h55   7205                      
12
Le candidat du Social Democratic Front (SDF) Joshua Osih, à la présidentielle camerounaise, Douala, 15 août 2018 AFP/Reinnier KAZE
L’opposant reste prudent après l’annonce d’un dialogue national sur la crise anglophone.

La réaction du député et premier vice-président du SDF, Joshua Osih est mesurée après l’annonce par Paul Biya d’un grand dialogue national sur la crise dans la zone anglophone.

Il se dit d’abord soulagé que le Chef de l’Etat ait pris conscience de la gravité d’une crise qui a déjà fait des milliers de victimes et d’importants dégâts matériels et économiques.

«Ça fait plusieurs années que 24 millions de Camerounais sont arrivés à la conclusion qu’on ne pouvait plus continuer comme cela; ça fait plusieurs années que les Camerounais appelaient à ce dialogue. Finalement le Président s’est réveillé, c’est déjà ça», commente l’ex-candidat à l’élection présidentielle.

Dans la suite de son propos, Joshua Osih se montre prudent par rapport au contenu du dialogue annoncé. «Monsieur Biya, c’est l’homme des grandes annonces et des petites réalisations. Donc, on attend de voir ce qui est contenu dans cette annonce de dialogue dont il parle», affirme le parlementaire.

Paul Biya a indiqué que le dialogue va s’articuler autour «de thèmes susceptibles d’apporter des réponses aux préoccupations des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ainsi qu’à celles des autres régions de notre pays : le bilinguisme, la diversité culturelle et la cohésion sociale, la reconstruction et le développement des zones touchées par le conflit, le retour des réfugiés et des personnes déplacées, le système éducatif et judiciaire, la décentralisation et le développement local, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants, le rôle de la diaspora dans le développement du pays, etc.», a-t-il énuméré, soulignant que cela se fera dans le cadre de la Constitution du Cameroun.

Ce qui fait dire à certains analystes que le Président de la République a fermé la porte à tout débat lié à la forme de l’Etat.

Fred BIHINA

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique