Cameroun - Discours de Fin d’Année de Paul Biya / Jean Michel Nintcheu: «La seule chose qui pourra sauver le boulanger durant cette année qui commence est qu'il ne se représente pas à la future élection présidentielle»

Par Peter KUM | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 02-Jan-2018 - 14h41   12102                      
6
Jean-Michel Nintcheu (SDF) Archives
Le président régional du Social Democratic Front (SDF) pour le Littoral trouve que le discours du Président de la République était meublé des formules creuses et d’autoglorification.

Jean Michel Nintcheu a réagi le 1er janvier suite au discours de fin d’année prononcé le 31 décembre 2017 par le Président de la République, Paul Biya. Réagissant sur sa page Facebook, Nintcheu relève que les camerounais ont assisté le 31 décembre à un « remake » d’un « festival de généralités » des propos déjà tenus dans les précédents discours de fin d’année.

Le responsable du SDF pour le Littoral trouve que ce discours d’« autoglorification » avait des « formules creuses » et que Paul Biya est déconnecté de la réalité du terrain.

 « Ce qui n'est pas du tout surprenant après 35 ans d'échec durant lesquels il a réussi l'exploit de faire rentrer deux fois de suite le Cameroun dans les serres des programmes d'ajustement structurel imposés par le Fmi du fait de la mauvaise gouvernance entretenue et érigée en méthode de perpétuation de son pouvoir ». Nintcheu estime qu’aucun effort n’est fourni pour combattre les détournements de deniers publics et la corruption dont Paul Biya est de loin « le principal et premier bénéficiaire ». Il prend pour exemple le récent scandale  enregistré autour du concours de l'ENAM pour démontrer l’inertie du système.

« Trop de contradictions notamment sur la crise anglophone où il parle de dialogue et encourage en même temps la répression en des termes à peine voilés. Il est désormais établi que cette crise ne connaîtra jamais une désescalade tant que Mr Biya est au pouvoir », regrette le député.

Il relève par ailleurs que tout reste encore « flou » en ce qui concerne les prochaines élections et le processus de décentralisation « -qui est en marche dans son seul imaginaire- et la mise sur pied des institutions prévues dans la constitution de 1996 soit depuis 21 ans. Sans précision aucune ».

Nintcheu indique que les camerounais ne croient plus « au boulanger de la République » qui avait promis la mise sur pied du conseil constitutionnel au cours des vœux de 2013 à la Nation.

 « Pour terminer, 2018 est une année capitale pour le Cameroun. Les camerounais attendent de Mr Biya un acte qu'il n'a pas eu le courage de décliner durant son récent vœu du 31 décembre 2017 à la Nation à savoir sa démission. Il ne l'a pas fait. Nous sommes en 2018. La seule chose qui pourra sauver le boulanger durant cette année qui commence est qu'il ne se représente pas à la future élection présidentielle. Quoiqu'il en soit, Mr Biya sera balayé par le torrent républicain », conclut l’honorable Nintcheu.

Auteur:
Peter KUM
 contact@cameroon-info.net
 @mafanypet
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique